Entretien du lundi - Tahar Slimani : "Le crowdfunding est un autre moyen d'orienter l'épargne"

 |   |  289  mots
Nouvelle plateforme de financement participatif pour les entreprises, Kaalisi est effective depuis le 5 février. Son directeur général, Tahar Slimani, en dévoile la stratégie.


Pourquoi avez-vous mis en place cette plateforme ?
L'épargne des Français pèse 1 850 milliards d'euros. Il y a un vrai besoin aujourd'hui de la part des entreprises et des investisseurs de trouver des idées de placement. Notre leitmotiv est : il faut reprendre des parts de pouvoir et cesser de subir. Le financement participatif offre la possibilité d'orienter les épargnes vers les secteurs qui nous intéressent. Nous sommes au service des entrepreneurs qui souhaitent lever des fonds pour conquérir des marchés en Méditerranée et en Afrique.


Qui est à l'origine de Kaalisi ?
Moi-même (je suis consultant et je connais bien l'Afrique) et mon fils Florian, qui a un double profil web et commercial. Nous allons recruter deux personnes : l'une pour gérer l'aspect finance et l'autre pour l'animation de la communauté.


Quels sont les projets que vous souhaitez privilégier ?
Tout type d'activité innovante à fort impact sociétal. Sur les deux premiers projets auxquels nous nous intéressons, l'un est lié à la mobilité écologique et repose sur une économie collaborative, l'autre est un projet médical autour d'un lecteur de faux médicaments.


Qu'est-ce qui vous distingue des autres plateformes de crowdfunding ?
D'abord, nous sommes la première et la seule à Marseille. J'étais initialement installé à La Rochelle, mais nous avons choisi Marseille pour une raison simple : nous voulons développer l'axe euro-méditerranéen et toucher particulièrement le Maghreb. Kaalisi est donc née sur la technopole de Château-Gombert. Ensuite, nous sommes une plateforme de prise de participation : les investisseurs deviennent actionnaires de l'entreprise. Enfin, nous proposons un accompagnement des entrepreneurs. Nous limiterons donc le nombre de projets à 10 pour 2015.


Propos recueillis par Aurélie Thépaut
Crédit photo : Kaalisi

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :