Euroméditerranée et le GPMM font la paix

 |   |  367  mots
Cohérence et concertation règneront désormais sur les projets mis en ?uvre par le Grand port maritime de Marseille (GPMM) et Euroméditerranée. Jusqu?ici, les deux grands établissements publics marseillais, qui se partagent l?aménagement de la façade maritime de la ville, ne communiquaient pas.

Les deux grands établissements publics marseillais participaient vendredi dernier à un comité de pilotage aux côtés de l'État et des collectivités pour établir des méthodes de travail communes. Et faire en sorte que les projets de chacun convergent. Jusqu'ici, les deux grands établissements publics marseillais, qui se partagent l'aménagement de la façade maritime de la ville, ne communiquaient pas.

Le malheureux épisode de la passerelle piétonnière érigée par le port entre les gare maritime de la Major et de la Joliette en a été un des exemples les plus visibles : alors qu'Euroméditerranée balayait le front de mer pour dégager la vue depuis les luxueux appartements qu'il rénovait, les futurs propriétaires découvraient devant leurs fenêtres l'édifice piéton disgracieux, longtemps caché derrière la passerelle routière.


Depuis le 3 février 2012, l'opération de rapprochement est engagée. Le GPMM et Euroméditerranée participaient à un comité de pilotage aux côtés de la municipalité marseillaise, de l'agence d'urbanisme de l'agglomération marseillaise (AGAM), de Marseille Provence Métropole, du conseil général des Bouches-du-Rhône et du conseil régional Provence-Alpes-Côte d'Azur. Le tout coordonné par le préfet. "On a mis fin en un an à un siècle d'ignorance !", avance Hugues Parant, pour qui la multiplication des projets communs entre le port et Euroméditerranée depuis son arrivée fin 2010 symbolise l'entrée dans une nouvelle ère...

Patrick Daher reconnaît que le port est longtemps resté enfermé derrière ses murs. Convaincu du fait que le port ne pourra se développer seul, le président du conseil de surveillance du GPMM propose de définir des "espaces de transparence" qui ordonneraient la future activité portuaire : au sud, l'espace urbain culturel, en lien avec Euroméditerranée, au nord, un espace dédié au tourisme et au centre, un pôle économique tourné vers la ville avec des infrastructures de logistique urbaine notamment. Le comité de pilotage devrait s'entendre d'ici juillet 2012 sur une charte définissant des méthodes de travail communes.


Caroline Garcia

Photo : le chantier du Mucem, sur l'ancien môle portuaire J4

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :