Grasse : le projet Martelly sur les rails

 |   |  384  mots
Le conseil municipal de Grasse a donné son approbation au dossier de réalisation du projet Martelly. Cette Zone d'Aménagement Concerté (ZAC) vise à redéfinir une grande partie du centre-ville de la Cité des Parfums. Elle prévoit un mix d?espaces commerciaux et culturels avec un pôle hôtelier.

C'est un projet de longue haleine - il était dans les cartons de la Municipalité depuis 2008 - et l'approbation ce 4 juillet par le conseil municipal de Grasse doit lui permettre d'entrer dans une phase plus active. Martelly est avant tout un quartier, porte d'entrée à l'Est de la ville, posé sur un belvédère et en prolongement du centre historique. Aujourd'hui davantage lieu de transit que de vie, l'objectif de l'opération est d'en faire un pôle d'animation. Depuis le 29 mars 2012, date de l'approbation de son dossier de création, le périmètre de cette ZAC concerne très exactement 22 100 m2 qui se découpe en 4 bâtiments dont un pour l'implantation d'un Monoprix (installé sur 4 niveaux).

C'est la SPL (Société Publique Locale) Grasse Développement qui détient la maîtrise d'ouvrage par concession d'aménagement. Les études ont été réalisées (circulation, sondages géotechniques du sol, études de positionnement économique, études de capacité).

Au final ce sont 19 600 m2 de surface de plancher (hors stationnement) qui vont être aménagés. Ils devraient comprendre 8 000 m2 de commerces (Monoprix restera une locomotive commerciale), 2 000 m2 pour un cinéma de 5 salles (soit 800 places) complémentaire du cinéma déjà existant (art et essais), 7 200 m2 de logements (entre 80 à 100), 2 000 m2 occupés par l'hôtel Oasis (fermé, il a été racheté par un professionnel parisien qui prévoit de faire monter l'établissement en gamme en en faisant un 3-4* et 70 à 90 chambres), 650 places maximum, plus de 12 000 m2 d'espaces verts et publics. L'office de tourisme a d'ailleurs d'ores et déjà été déplacé pour s'installer en plein cœur de la zone.

Quant à l'offre commerciale, les études révèlent des manques en équipements de la personne, en restauration (style brasseries) et offre de bien être. Le coût de l'opération (aménagement, dépollution, démolitions, VRD, espaces publics) est estimé à 11,9 M€ H.T. Au titre des subventions publiques, l'Anru participe à hauteur de 402 K€, la Communauté d'agglomération Pôle Azur Provence pour 1,6 M€, le Conseil Général apportant 1 M€ et la Caisse des Dépôts et Consignations 120 K€. La prochaine étape importante est prévue en septembre avec le lancement de la consultation publique visant le choix du promoteur, qui sera également l'exploitant.


L.B


Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :