Hitech Fitness exporte son concept

 |   |  452  mots
Après l?implantation d?un premier showroom à Sophia Antipolis, l?entreprise azuréenne Hitech Fitness, qui commercialise des équipements sportifs 100 % américains, met le cap sur Barcelone.


Après une phase de prospection et l'implantation d'un premier showroom à Sophia Antipolis, forte de l'exclusivité qu'elle détient sur le marché sud européen, la société, dirigée parJean-Marc et Noëlle Charpentier, met le cap sur Barcelone. "L'Espagne est le deuxième marché de fitness en Europe*. La fréquentation des salles de sport y est beaucoup plus importante qu'en France", justifie Jean-Marc Charpentier. Avec un taux de pénétration de 16,6 %, la péninsule Ibérique distance en effet très largement l'Hexagone qui affiche un taux d'inscription en salles de 5,4 %. "Chez nous, le marché n'est pas encore à maturité (ndlr : le potentiel français correspondrait à environ 1 Md€ de CA supplémentaire, selon le cabinet Deloitte. Actuellement, l'industrie du fitness génère plus de 2 Mds€ en France).

Le secteur est extrêmement porteur, mais la clientèle est conservatrice. Les dirigeants de complexes sportifs investissent dans des machines qu'ils connaissent et savent rentables". En ouvrant une filiale à Barcelone d'ici à la fin de l'année, le couple espère donc toucher des enseignes plus innovantes et gagner en notoriété. "Nous nous adressons à un large panel de clients (salles de remise en forme, hôtels de luxe, fédérations sportives, CE, écoles et particuliers à hauts revenus). Nos produits allient sport et technologie virtuelle. Un concept très américain".

L'entrepreneur, qui revendique huit fournisseurs outre-atlantique, assure que l'exclusivité sud européenne "s'est négociée facilement". "Nous étions les premiers sur le coup", confie-t-il, sans donner de détails sur les conditions de la négociation. L'implantation de Hitech Fitness dans la technopole de Sophia Antipolis a coûté près de 300 000 € d'investissements, dont la moitié en fonds propres. Pour être à l'équilibre, l'entreprise doit maintenant vendre au moins huit vélos par mois en année pleine. Un objectif qu'elle espère atteindre à l'horizon 2012. "Nous multiplions les opérations de promotion, ajoute Noëlle Charpentier.

Après un salon professionnel à Paris en mars, nous partons ce mois-ci en Allemagne. Chaque déplacement coûte en moyenne 10 000 €". Les deux dirigeants tablent sur un CA annuel de 400 000 € dans deux ans. À terme, ils espèrent lancer et franchiser leur propre espace de sport baptisé 4-Kids. Un centre ludique prônant une pratique familiale du sport.


PH

* L'Espagne compte 5700 clubs et 7,5 millions de membres. La France est considérée comme le cinquième marché européen du fitness avec 3295 clubs et quelque 3,3 millions de membres (source : IHRSA, principale association des entreprises du fitness).

Photo : Jean-Marc et Noëlle Charpentier ont déjà vendu plusieurs dizaines de vélos expresso, leur produit phare. Celui-ci propose notamment de faire des courses en réseau dans les salles de sport (crédit : DR).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :