Jean Icart, le sauveur de Nice-Matin ?

 |   |  339  mots
C'est au cours d'un CE extraordinaire ce jeudi 6 février que le nom du fameux investisseur tant attendu et qui alimentait toutes les supputations depuis quelques jours, a été révélé.


Il s'agit donc de l'homme politique niçois Jean-Auguste Icart qui, adossé à un fonds d'investissement européen agissant dans l'hôtellerie de montagne de luxe et le yachting, sauve l'entreprise de la menace du redressement judiciaire. L'identité du fonds n'a pas été dévoilé mais devrait se faire connaître au cours du prochain comité d'entreprise extraordinaire vendredi 14 février prochain. Conseiller municipal, métropolitain et général, Jean-Auguste Icart avait été élu en 2008 sur la liste de Christian Estrosi avant de claquer la porte et d'envisager jusqu'à il y a encore quelques semaines de se présenter au scrutin municipal de Nice. L'homme avoue ne rien connaître au secteur de la presse mais être disposé à apprendre. Il possédera 60 % du capital, le groupe Hersant Médias conservant 20 % et Bernard Tapie, les 20 % restants.

Comité d'entreprise le 14 février
20 M€ devraient être injectés par le partenaire financier. Le comité d'entreprise extraordinaire du 14 février validera également le Plan de Sauvegarde de l'Emploi, qui prévoit 127 départs à Nice-Matin, 15 de la régie publicitaire EuroSud, et 10 de la filiale en charge du portage de presse PubliNice. Parmi les interrogations, se pose celle du foncier disponible autour du siège du quotidien maralpin, une manne qui pourrait justement attirer des intérêts immobiliers.
Quant à Jean Icart, il faut rappeler qu'il est le descendant d'une lignée politique locale : petit-fils d'Auguste, ancien adjoint de Jean Médecin, et fils de Fernand, qui fut conseiller général, député, président de la commission des Finances à l'Assemblée nationale, et enfin ministre de l'Équipement et de l'Aménagement sous Raymond Barre. L'homme, qui se dit sans étiquette tout en se revendiquant de droite, avait soutenu François Bayrou à la Présidentielle tout en apportant quelques jours avant les dépôts de candidature son parrainage à... Marine Le Pen.

Laurence BOTTERO


Photo : L'homme est aussi le descendant d'une famille politique locale. Il y a encore quelques semaines, il envisageait de se présenter au scrutin municipal de Nice.

 © Jean-Pierre Amet

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :