Jean-Luc Chauvin : "L'entreprise restera un lieu de développement et d'épanouissement"

 |   |  531  mots
Sans langue de bois et avec la franchise qu'on lui connaît, le président de l'UPE 13 Jean-Luc Chauvin livre son analyse sur la capacité des Français à changer de modèle.

Les Français sont-ils prêts à la réforme ?

Les Français, d'une manière générale, sont plus prêts que ce que l'on croit. En revanche, est-ce que les corps constitués et les élites sont, eux, prêts à la réforme, je ne le pense pas. Depuis 40 ans on n'a pas été en mesure de faire évoluer ce modèle. On a juste tenté de l'adapter à la marge sans réaliser qu'une mutation profonde de la société était en train de s'opérer. Nos voisins européens, eux, ont tous fait leur révolution. La crise n'est pas une crise financière mais de modélisation. Le monde a changé. Notre terrain de jeu aujourd'hui est planétaire. Nous sommes donc amenés à repenser notre modèle. Dans les sondages mesurant la confiance des Français, l'entreprise apparaît en première position. C'est aussi le signal d'un changement de modèle. Si on arrive à se rassembler, nous serons probablement capables d'aller très vite et de retrouver le chemin de la croissance et du plein emploi.

Selon vous, quelle vision les jeunes ont-ils de l'entreprise ?

Je ne peux pas répondre à cette question. Je dirais plutôt : quel regard les jeunes ont-ils de la société ? De l'entreprise, ils ont une opinion vue par le prisme de leurs parents ou grands-parents, car l'entreprise n'est pas assez présente dans le cursus de formation des jeunes. Donc peu de jeunes sont en mesure de l'appréhender véritablement. Il n'y a pas assez d'interactions entre le monde de l'entreprise et l'enseignement. Il ne faut pas se tromper : les jeunes sont aujourd'hui plus enclins à aller faire des stages ou travailler à l'étranger, non pas parce qu'ils rejettent l'idée d'être employés par des entreprises françaises - à l'étranger, ils vont naturellement vers elles -, mais tout simplement parce qu'ils ont compris que notre modèle actuel est à bout de souffle et surtout, ne leur permet pas de s'épanouir. Ils vont donc là où ils pensent mieux pouvoir réussir.

Aussi, nous sommes en France dans des schémas bloquants. Le diplôme reste le principal levier d'accès à un poste. On s'est beaucoup interrogé sur la fameuse génération Y et la difficulté qu'elle aurait à s'adapter à l'entreprise. Mais c'est une vue de l'esprit. Lorsque les jeunes ont une mission à remplir avec une deadline, ils la réalisent mais demandent à le faire à leur façon. Ce système favorise l'innovation et la créativité. Il faut juste casser les chaînes qui nous bloquent.

Comment imaginez-vous le monde économique à l'horizon 2020 ?

Je n'ai pas boule de cristal, c'est donc un exercice que je me garderai bien de faire car j'ai 99 % de chance de me tromper. Ce qui est certain, c'est que l'entreprise est le seul lieu de création de richesses et d'emplois. Et ce sera encore valable en 2020 ! Les préoccupations des entreprises et des salariés sont les mêmes : performances, salaires et confort. L'entreprise restera un lieu de développement et d'épanouissement.

Propos recueillis par Laurence Bottero

Photo : Jean-Luc Chauvin, président de l'UPE des Bouches-du-Rhône, patron de 10 500 entreprises.

©Terzian


Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :