L ? Institut national de gemmologie s ? implante en Côte d ? Azur

 |   |  395  mots
Après Paris et Lyon, l?Institut national de gemmologie (ING) s?implante à Nice. « Un choix stratégique » revendiqué par Gérard Flamme, directeur de la formation professionnelle à l?ING.


« La région PACA concentre le plus grand nombre de bijouteries et de joailleries après l'Ile-de-France. Nous ne pouvions pas ignorer cette réalité. En nous installant à Nice, nous nous rapprochons également de l'Italie, de la Suisse et de Monaco ». Dès le mois de février prochain, des apprentis experts triés sur le volet intégreront donc les locaux de l'ING, situés à quelques pas du carré d'or niçois. Au programme : cours pratiques de gemmologie, stages dans les entreprises du luxe ou encore modules sur le diamant, la perle et la création joaillière. 6000 pierres précieuses seront mises à disposition des élèves. « C'est la première formation de ce type sur la Côte d'Azur, confie Gérard Flamme. La demande est très forte. Après deux ou trois années d'études et un équivalent bac +2 ou bachelor, les étudiants seront prêts à intégrer le marché du travail ». D'après les statistiques, le taux de placement de l'ING flirte avec les 80%. La majeure partie des diplômés deviennent joailliers créateurs (14%), négociants (11%) ou bijoutiers (9%). Les autres se tournent vers l'expertise, le conseil de vente ou encore l'assurance. « En 48 ans d'existence, nous avons formé près de 400 professionnels qui sont aujourd'hui en poste dans de très grands groupes. En plus d'être leader en France, nous sommes parmi les cinq plus grandes écoles de gemmologie au monde », poursuit-il. Dans un contexte économique difficile, les débouchés de la filière pourraient être temporairement amoindris. Selon l'Union française de la bijouterie, de la joaillerie, de l'orfèvrerie et du négoce en pierres et en perles (BJOP), le chiffre d'affaires des fabricants a atteint 1,8 md€ en 2009, soit une baisse de 17% par rapport en 2008. Le secteur a enregistré une baisse des ventes de 2% en France sur la même période (5,2 mds€). Les exportations ont quant à elles chuté de 12 %, s'établissant à 2,5 milliards.

Piérine Herbin

Légende photo : Gérard Flamme, directeur de la formation professionnelle à l'ING (à droite) est ici accompagné de Roger Melzer, directeur de l'Institut supérieur de commerce et d'administration des entreprises (ISCAE). Les deux structures ont décidé de s'associer et de développer une coopération dans les domaines de l'enseignement et de la recherche. Dès l'année prochaine, elles dispenseront leurs cours dans le même bâtiment.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :