L ? économie niçoise examinée à la loupe

 |   |  363  mots
Par ?souci de transparence", Nice lance son Observatoire de l?activité économique. Outil de prospective, d?analyse et d?aide à la décision, il permettra bientôt d?évaluer les politiques menées et de comparer la capitale azuréenne à ses homologues, qu?elles soient régionales ou européennes.

À mi-mandat, la décision tient presque du symbole. Pour attester de l'efficacité des politiques engagées depuis 2008, Christian Estrosi a tenu à se soumettre à la dure loi des chiffres.
Dès 2012, un Observatoire livrera donc à la fin de chaque semestre un bilan de l'activité économique niçoise.

"Elaboré en partenariat avec la CCI, il consistera en un système d'évaluation donnant accès à différentes composantes économiques comme l'emploi, le chiffre d'affaires, la création d'entreprises, les exportations, la R &D et l'investissement immobilier", a précisé le député-maire. Une manière de suivre l'évolution du territoire tout en corrigeant ses lacunes.


Si Nice s'est longtemps caractérisée par une activité économique essentiellement touristique, Christian Estrosi entend ainsi l'orienter davantage vers ses nouvelles marottes, l'innovation et le développement durable.
D'après le premier magistrat, la capitale azuréenne a déjà connu un "essor significatif au premier semestre 2011".
Le montant de la TVA perçue par l'administration des finances s'élève à 791 M€ contre 755 M€ en 2010, soit une hausse de 4,76%. Les droits d'enregistrement ont progressé de 4% pour cette même période et les droits de mutation à titre onéreux, qui témoignent du marché immobilier, sont en hausse de 15%. Pour l'impôt sur les sociétés, l'augmentation est supérieure à 10%.


Parallèlement, le nombre de salariés concernés par une demande de chômage partiel diminue. Ils étaient 62 en juin 2011 contre 117 en juin 2010. Le nombre de rupture de contrats pour raisons économiques est également passé de 1753 en 2010 à 1446 en 2011, soit une baisse de 17,5%.
Reste à savoir si le bilan de l'Observatoire sera aussi flatteur l'an prochain. L'opposition, en la voix du conseiller municipal socialiste et membre de la commission des finances de la ville Yann Librati, redoute des chiffres édulcorés. L'Observatoire rendra sa copie deux fois par an, et ce "quelles que soient les tendances", assure pour sa part l'édile de la ville.

PH

Photo : Le nombre d'événements et de manifestations organisés annuellement à Nice a augmenté de 54 % entre 2007 et 2011, passant de 669 à 1030. Certains, comme l'Ironman, offre à la ville des retombées directes et indirectes de l'ordre de 3 M€ (crédit : Mairie de Nice).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :