LA CEPAC creuse sa place auprès des professionnels

 |   |  351  mots
À l?image des autres établissements financiers régionaux, la Caisse d?Épargne Provence-Alpes-Corse (CEPAC) a présenté ce matin de bons résultats pour 2011.

À croire que la crise n'affecte pas les banquiers : à la CEPAC, le produit net bancaire est en hausse de 3% par rapport à 2010, à 566 M€, ce qui place la banque dans le top 5 des entreprises régionales. Son résultat net s'établit lui à 120 M€, en hausse de 8%. Ses capitaux propres (2,3 mds€, en hausse de 2%) sont les plus élevés du groupe après ceux des caisses de Paris et d'Ile-de-France. Et le ratio de solvabilité de l'établissement se monte à 17%, ce qui est deux fois supérieur à la norme des banques françaises.

Enfin, comme à la Société marseillaise de crédit, son coefficient d'exploitation est tombé à 60% (contre 64% en 2010). "Un seuil à ne pas franchir à l'avenir", selon le président du directoire de la Caisse, Alain Lacroix. La banque a en outre prêté 3 Mds € en 2011 avec des encours de crédit en hausse de 10 points.

Si c'est son activité de détail qui l'a préservée des remous financiers, elle revendique une présence de plus en plus forte auprès des entreprises régionales. "Quand les établissements bancaires ont cherché de nouvelles pistes de croissance, il y a une dizaine d'années, nombre d'entre elles se sont tournées vers l'étranger, observe Alain Lacroix. A ce moment-là, nous nous sommes tournés vers les entreprises locales. Aujourd'hui, ce choix paie".

La CEPAC souhaite devenir un des leaders sur le marché des professionnels dont il détient aujourd'hui 14% des parts de marché (28 000 clients). Elle demeure présente dans le photovoltaïque et souhaite désormais être reconnue comme un acteur de premier plan dans l'économie portuaire. La multi bancarisation est aujourd'hui la règle, or dans un monde où les déboires des banques font la Une des journaux, inspirer confiance fait sans aucun doute gagner des clients.

Les résultats de la CEPAC couvrent six départements métropolitains (Bouches-du-Rhône, Vaucluse, Alpes-de -Haute-Provence, Hautes-Alpes, Haute-Corse, Corse du sud) et les trois îles de Guadeloupe, Martinique et La Réunion.


Caroline Garcia


Photo : Sébastien Didier, Alain Fabre, Alain Lacroix, Jean-Claude Cette et Jacques Derégnaucourt (de gauche à droite)

© CG

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :