La CDC encourage à la combativité

 |   |  577  mots
Forte des résultats positifs du groupe, la direction régionale PACA de la Caisse des dépôts et consignations a investi en 2014 pas moins de 33 M? dans des projets phares du territoire, et octroyé 1,26 milliard de prêts. 2015 s?annonce sous les mêmes auspices offensifs.

C'est un fait, le bilan 2014 relatif à l'activité de la Caisse des dépôts et consignations ne dément pas la réputation de solidité de cette institution séculaire, proche de fêter ses 200 ans et "déroulant son activité de manière sécurisée et ambitieuse", annonce en préambule Elisabeth Viola, directrice régionale. À l'échelle de l'Hexagone, "notre modèle est particulièrement conforté" avec un résultat net à 1,8 milliard d'euros, en hausse de 2,7% par rapport à l'année précédente, appuie à son tour le directeur adjoint, Philippe Jusserand, tandis que le résultat social, quant à lui, atteint 1,2 milliard d'euros. Pour ce qui est du fonds d'épargne, il affiche un résultat net, "après dotation à l'Etat, de 820 000 euros".
De bonnes performances, donc, dans un contexte économique pourtant morose. Contexte qui n'empêche pas le groupe Caisse des dépôts "de croire en les potentialités de la France. La crise est une source d'opportunités, il nous faut être combattifs et offensifs", poursuit la directrice régionale, déclinant cette même volonté à l'échelle territoriale. Le modus operandi : identifier des projets phares et les appuyer. Deux leviers pour cela : les fonds propres - le groupe à l'ambition d'y investir 20 Mds € dans les secteurs prioritaires dans les 5 prochaines années - et les prêts sur fonds d'épargne, où 100 milliards d'euros seront ainsi octroyés sur la même période, là encore au niveau national.

Une attention soutenue vers la Métropole

Si l'on ne peut déterminer en amont de quelle enveloppe disposera PACA, puisque l'appui aux projets se fait au cas par cas, nul doute que la direction régionale de la CDC se mobilisera largement pour accompagner les territoires, mettant à leur disposition ses capacités d'ingénierie, ses financements et ses fonds propres. 2014, déjà, avait été une année record en matière d'investissements en fonds propres, avec plus de 33 M€ injectés en Paca. "Nous vivons actuellement une réalité financière jamais connue en France, marquée par la baisse des taux. Investir n'a jamais été aussi opportun", avance Elisabeth Viola. À titre d'illustration, la centrale biomasse Inova, basée dans le Var, ou encore la tour La Marseillaise, ont bénéficié d'enveloppes de la Caisse des dépôts en 2014. L'activité de prêts sur fonds d'épargne, quant à elle, a progressé pour atteindre 1,26 milliard d'euros, dont plus de 331 millions d'euros engagés pour les collectivités territoriales.

Nouveau cycle

Et à l'avenir ? Plus que jamais à partir de 2015, les projets retenant l'attention de la Caisse des dépôts et consignations devront répondre à la dynamique de transition imposée "par le nouveau cycle" que nous connaissons aujourd'hui. Dans les domaines énergétique et écologique tout d'abord, avec un intérêt marqué "pour les énergies nouvelles comme le photovoltaïque à concentration, l'éolien flottant ou la biomasse". Un projet tel que le parc flottant développé prochainement au large de Fos-sur-Mer suscitera forcément son intérêt. Tout comme celui de l'Ilot Allar, approvisionné par la thalassothermie. Autres priorités établies : le numérique et la mobilité. Notamment à l'aune de la mise en place de la Métropole. "Nous sommes attentifs aux projets des collectivités qui la constitueront", conclut enfin Elisabeth Viola, mettant notamment en exergue la question des infrastructures de transports. La colonne vertébrale indispensable pour lui donner vie, selon cette dernière.

Carole PAYRAU
Crédit photo : DR

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :