La CGPME veut marquer sa singularité

 |   |  414  mots
Après avoir exploité en 2010 le concept ?Challenge des 30 vertueuses?, la CGPME 13 marquera sa différence le 1er décembre prochain avec une journée de rencontres et de débats autour de l?ADN de l?entrepreneur au Parc Chanot.

Pas évident d'exister aux côtés des multiples instances qui revendiquent, parfois bruyamment, l'exclusivité de l'accompagnement des PME. "Créée il y a seulement 6 ans, nous avons 1350 entrepreneurs adhérents, 12 branches professionnelles, plus de 230 mandats et 46 conseillers prudhomaux. Nous sommes aujourd'hui la seule organisation patronale légitime à représenter les TPE & PME, artisans et commerçants de proximité", plante Pierre Allary, le président de la CGPME 13, probablement un peu lassé de rappeler ce qui va de soi : L'UPE pour les grands comptes et la CGPME pour les autres. Le tout dans un département où le tissu est composé à 90% de PME et TPE. Passons...

Pourquoi le concept de l'ADN ? "De même que l'ADN repose sur 4 bases élémentaires, l'entrepreneur CGPME13, comme tout organisme vivant, a des bases fondatrices qui lui confèrent les capacités à développer de nouveaux comportements responsables. Nous invitons à venir débattre autour de la défense de la liberté d'entreprise, du développement du dialogue social, de la promotion de l'éco-entrepreneur et de la performance économique".

Parmi les ateliers, deux conférences intéressantes sur l'EIRL et la nécessité de protéger son patrimoine. "Les PME oublient trop souvent que dans l'aventure, elles risquent aussi leurs patrimoines", explique Mohamed Laqhila, qui représente l'ordre des experts comptables au sein de l'organisation.

En conclusion des Plénières (c.f agenda), le philosophe et ancien ministre de l'Éducation nationale, Luc Ferry, exposera sa vision de la société et de la politique françaises à l'heure de la mondialisation. Le débat aura pour thème : "les hommes politiques n'auraient plus aucun contrôle sur le sens du monde..."

Plus localement, si la CGPME partage les combats du milieu patronal local - LGV, L2, métropole et ouverture dominicale (CFE-CGC, CFDT, FO, UPE13-Medef13 et la CGPME13 vont signer le 2 décembre un accord autorisant l'ouverture le dimanche des commerces de la zone touristique en proposant des contreparties aux salariés), elle veut aussi marquer sa différence.

Comme être à l'initiative d'une charte de bonnes pratiques pour améliorer les relations entre sous-traitants et donneurs d'ordre ou alerter les élus et le gouvernement sur l'impact pour les PME de la massification des marchés publics. "Mon entreprise est l'incarnation de ce danger. Je suis en train de perdre un marché à cause de cette nouvelle règle", conclut le dirigeant de Multirestauration Méditerranée.


A.D

 Photo : Pierre Allary, président de la CGPME 13

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :