La Compagnie fruitière consolide sa stratégie d ? intégration

 |   |  389  mots
L?entreprise marseillaise a annoncé mardi dernier le rachat des filiales espagnole et portugaise de Dole Food company, par ailleurs actionnaire à 40% de son capital depuis 1992.

La Compagnie fruitière consolide sa stratégie d'intégration


L'entreprise marseillaise a annoncé mardi dernier le rachat des filiales espagnole et portugaise de Dole Food company, par ailleurs actionnaire à 40% de son capital depuis 1992.

Cap sur la péninsule ibérique pour la Compagnie fruitière, une entreprise créée à Marseille en 1939, et toujours détenue à majoritairement (60%) par sa famille fondatrice, les Fabre. Le producteur américain de fruits exotiques Dole Food Company, un des trois plus grands opérateurs mondiaux de bananes et d'ananas avec Chiquita et del Monte, lui a cédé, pour un montant divulgué, ses filiales espagnole et portugaise. L'opération prendra effet en novembre.

"Quand Dole Food company est entré dans notre capital, nous étions à la veille de la création d'une organisation commune du marché de la banane. Il était intéressant de se rapprocher d'une société plus internationale que nous à l'époque", explique Jérôme Fabre, P-d.g de plusieurs entités du groupe marseillais. Pour sa part, Dole avait également un intérêt direct à se rapprocher d'une société européenne, l'UE mettant alors en place un système de quotas d'importation.

L'arrivée de l'Américaine a permis à la Compagnie fruitière, jusqu'alors importatrice, d'intégrer la production, au point de devenir le 1er bananier de Côte d'Ivoire, ce qui a visiblement dopé son chiffre d'affaires. La très discrète société revendique de façon très approximative un chiffre d'affaires "entre 300 et 500 M€".

Il y a trois ans, la société avait également racheté auprès de son actionnaire les divisions française et britannique, intégrant ainsi la distribution. "Cette stratégie nous permet de consolider notre concentration verticale", explique Jérôme Fabre. Cette opération fait de la Compagnie fruitière un acteur incontournable, laquelle s'affiche comme la base avancée du géant américain sur le marché européen. De son côté, Johan Linden, président de Dole Europe, commente sobrement dans un communiqué : "Cela va permettre à Dole et à la Compagnie fruitière de mieux servir nos marchés espagnol et portugais, en offrant à nos clients une gamme plus large d'origines de produits et une politique de vente mieux intégrée".

Thomas Tedesco

 Photo : La société revendique être le 1er bananier de Côte d'Ivoire

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :