La Photo : Patrick Mennucci vainqueur de la primaire PS à Marseille

 |   |  294  mots
Le député et maire de secteur Patrick Mennucci a remporté ce dimanche 20 octobre le second tour de la primaire socialiste face à la sénatrice Samia Ghali. C'est donc l'ancien de la MNEF qui affrontera le sénateur-maire sortant Jean-Claude Gaudin (UMP) aux municipales de 2014.

Les sympathisants de gauche étaient nombreux ce dimanche pour le second tour : autour de 24 000 personnes, a dit à l'AFP le président de la Haute autorité des primaires, Me Jean-Pierre Mignard. Soit 4 000 de plus qu'au premier tour. Si Samia Ghali, qui était arrivée en tête (25,25 %) le 13 octobre devant Patrick Mennucci (20,65 %) a reconnu le score de son adversaire, elle ne s'est pas privée d'asséner un énième coup de griffe : "il faut ce soir reconnaître la victoire pas d'un seul homme, mais de cinq candidats plus le gouvernement". Patrick Mennucci pouvait se prévaloir du soutien de trois des quatre candidats éliminés, le conseiller général Christophe Masse n'ayant pas donné de consigne particulière. Un défi : mettre fin au règne de Jean-Claude Gaudin, 74 ans et aux commandes de la ville depuis 1995.

À Aix-en-Provence

L'ambiance n'était guère plus conviviale entre les deux tours, l'avocat Edouard Baldo l'a largement emporté avec 1 545 voix, soit 64,38% des suffrages, contre 855 voix (35.63%) pour son adversaire Jacques Lecuivre et 33 votes blancs ou nuls, selon les résultats définitifs validés par la Haute autorité des primaires (HAP). Jacky Lecuivre, à la tête de l'entreprise de haute technologie Coppernic et militant socialiste investi dans la section socialiste aixoise depuis des années, avait dénoncé des "marchandages d'arrière-boutique" accusant son adversaire d'être le candidat du parti et de son ancien homme fort Jean-Noël Guérini. Militant socialiste depuis 1969, Édouard Baldo a été élu au conseil municipal d'Aix dès 1977 jusqu'en 1990 avant de se retirer et revenir en politique en 2012 à l'occasion des campagnes présidentielle et législative. Il affrontera donc l'UMP Maryse Joissains, à la tête de la ville depuis 2001. La droite part divisée sur ce scrutin.

© Pierre Ciot

Divergences

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :