La Provence se vend à New York

 |   |  445  mots
Le territoire veut se positionner comme un réceptacle d?entreprises innovantes. Provence Promotion déploie ses arguments à New York.


Positionner la Provence comme un site compétent et efficace en matière de développement de l'innovation des technologies ... c'est dans cette optique et sur ce thème que l'agence de développement économique Provence Promotion vient d'intervenir à New York à la demande du New York Tech Council. « Cet organisme, qui comprend 400 membres de l'industrie des logiciels, a démarré un cycle de conférences sur la problématique de l'internationalisation des PME /TPE innovantes. L'objectif est de faire une analyse comparée des modèles de développement économique des innovations en Asie, en Europe et aux Etats-Unis sur la base d'expériences d'entreprises », explique Stéphane Ghio, chef de projet IT et microélectronique au sein de Provence Promotion. Cette participation s'inscrit dans le cadre du partenariat contracté en juin dernier entre l'agence française et l'association Triana, qui accompagne les PME européennes du secteur sur le marché américain. « Cela permet aux entreprises de Provence de disposer d'un bureau localement tout en nous offrant la possibilité de faire du lobbying auprès des réseaux d'innovation technologique sur la côte Est des Etats-Unis ».

Pour vendre son territoire, l'agence était accompagnée de deux entreprises locales dont Cassis International, spécialisée dans les technologies sans contact, qui a ouvert un bureau à Manhattan début 2010. « En Provence, nous bénéficions d'un écosystème autour des technologies sans contact, grâce à la présence d'acteurs majeurs, dont Gemalto, un des leaders mondiaux de la sécurité numérique, et d'un accès à des ressources humaines qualifiées : 41 000 emplois dans les TIC ; 25 groupes mondiaux représentant 13 000 emplois dont 6 500 en R&D. Nous logeons en outre le cluster dominant en Europe pour les solutions intelligentes et sécurisées », argumente Stéphane Ghio. En 2009, Provence Promotion a accompagné une soixantaine d'implantations d'entreprises dont 31% émanant de l'étranger et les Etats-Unis représentent 10% des dossiers. « Jusqu'à présent, nous nous concentrions sur la côte Ouest. L'on s'est rendu compte que l'Est américain n'était pas tellement sollicité par les territoires français », ajoute stéphane Ghio. En 2011, l'agence interviendra à la demande, cette fois, d'une association d'entreprises biotechs du New Jersey. Un travail de persuasion de longue haleine qui peut être sapé en quinze jours. « Les entreprises américaines qui nous sollicitent sont toujours très inquiètes de la réglementation en matière du droit de travail en France. Les récents conflits sociaux vont les conforter dans leurs clichés sur notre pays ».


A.D


Photo : John Wankmueller explique les avantages de la Provence dans le cadre de la stratégie internationale Asie-Europe-Amérique de sa société Cassis

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :