La SBM va investir près de 70 M ? d ? ici à 2012

 |   |  517  mots
Les contre-performances de la Société des Bains de Mer (SBM) ne freinent visiblement pas ses investissements. Sur l?exercice en cours, le groupe monégasque prévoit de débourser environ 70 M? pour rénover ses équipements.

En période de conjoncture difficile, certains optent pour le tour de vis budgétaire, d'autres débloquent les fonds pour relancer la dynamique. Alors que la SBM affiche un chiffre d'affaires en baisse de 3% à 361,7 M€ et une perte nette de 17,3 M€, le directeur général du groupe Bernard Lambert annonce un plan d'investissement de quelque 70 M€ pour l'année à venir. Enveloppe qui servira notamment à financer l'achèvement de l'Hôtel Balmoral (livraison prévue début 2012), la rénovation du Casino, l'achat de nouveaux appareils automatiques et l'entretien global du patrimoine*.

"Ce n'est pas une nouveauté, la Société des Bains de Mer a toujours eu une politique d'investissement offensive", défend le directeur général. L'an dernier, la même somme avait déjà été investie dans la première phase de reconstruction du Balmoral, la réalisation d'une grande salle de conférence en dessous de l'Hermitage ou encore dans la modernisation de la salle Médecin et la création, côté mer, de deux terrasses en plein air pour reconquérir les clients qui avaient délaissé les tapis verts depuis l'interdiction de la cigarette.

Force est de constater que cette tentative pour repeupler les salles de jeux n'a pas encore porté ses fruits. Sur l'exercice 2010/2011 (qui couvre la période allant du 1er avril au 31 mars), la Division jeux a enregistré une baisse d'activité de 14% avec une recette de 172 M€, contre 200,4 M€ l'année précédente.

Une mauvaise performance qui est, selon la direction, "le résultat combiné d'une forte baisse de l'activité jeux de table (-23%) et d'un recul du chiffre d'affaires des appareils automatiques (- 6%, à 96,3 M€)".

Notons par ailleurs que l'engagement de la Société des Bains de Mer à hauteur de 50 % au sein du groupe de jeux en ligne Betclic Everest Group a entraîné une quote-part négative de 25 M€. Conséquence d'une activité beaucoup moins prospère que prévu. "La législation sur les retenues notamment en France est très pénalisante, justifie Bernard Lambert. Nous espérons que, comme en Italie, elle sera revue afin de pouvoir favoriser uniquement les détenteurs de licence et non pas les sites illégaux".

Dans l'hôtellerie, le groupe s'en sort mieux (170,7 M€, + 10%). Une progression qui s'explique notamment par "la réouverture de l'ensemble de l'Hôtel Hermitage après une importante rénovation et par le succès rencontré par le restaurant Buddha Bar implanté au sein du Casino de Monte-Carlo".

En termes d'assise financière, les capitaux propres du Groupe s'élèvent à 622,5 M€ au 31 mars 2011 contre 645,2 M€ l'an dernier, soit une baisse de 22,7 M€ qui résulte principalement des résultats défavorables de l'exercice écoulé.

La poursuite d'une politique d'investissement active est néanmoins possible grâce à la capacité d'autofinancement positive de 37,3 M€ et par l'évolution favorable du besoin en fonds de roulement.

PH

* La SBM gère 4 casinos, 4 hôtels, 30 restaurants et les Thermes marins de Monaco.

Photo : Bernard Lambert, directeur général de la SBM, et Jean-Luc Biamonti, président du Conseil d'administration (crédit : SBM)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :