La SNCM peut-elle voguer vers une mer moins agitée ?

 |   |  362  mots
L'annonce faite par le Tribunal de commerce de Marseille ce vendredi de la mise en redressement judiciaire de la compagnie maritime signifie que les repreneurs potentiels vont pouvoir se dévoiler.

C'était la décision sans nul doute la plus attendue ce vendredi. En plaçant la compagnie maritime en redressement judiciaire, le Tribunal de commerce de Marseille donne un peu d'oxygène à la SNCM qui a été placée en observation pour une période de six mois - jusqu'au 28 mai donc - et qui va donc pouvoir prendre connaissance des projets de reprise dont la rumeur bruit depuis plusieurs mois.

Point d'étape

Néanmoins si la période d'observation court jusqu'au printemps, une réunion intermédiaire a d'ores et déjà été fixée au 7 janvier prochain. Car ce qui est attendu désormais ce sont les projets de reprise. Certains repreneurs potentiels ce sont déjà fait plus ou moins connaître, à l'instar de Daniel Berrebi qui préside la compagnie Beja Ferries et qui aurait fait parvenir son offre à Olivier Diehl, le président du directoire de la SNCM ainsi qu'aux deux administrateurs nommés, Maîtres Douhaire et Abitbol.

Vidalies en avocat de la défense

Mais si projet de reprise il y a, reste toujours en suspens la question de la DSP. Alain Vidalies, le secrétaire d'Etat aux transports s'était rendu cette semaine à Bruxelles pour plaider le dossier de la SNCM et le redressement judiciaire. A l'annonce du jugement rendu par le Tribunal de commerce de Marseille, il a appuyé sur la volonté du "Gouvernement de poursuivre les démarches auprès de la commission européenne afin que les conditions" de la reprise de la DSP soient réunies. La question des emplois sauvegardés est évidemment un élément important dans le dossier. Rappelons que la SNCM emploie 1 508 salariés en CDI, 400 en CDD auquel s'ajoute un volant de saisonniers, entre 300 et 500, sans oublier la sous-traitance (2 000 emplois si on englobe Marseille et la Corse). Qui fera la meilleure offre ? Comment la SNCM va-t-elle commercialiser sa période estivale ? Si le redressement judiciaire était appelé des vœux des actionnaires eux-mêmes, il n'en reste pas moins que l'horizon de la compagnie est encore bien obscurci.

Laurence BOTTERO
Crédit photo : SNCM
La SNCM peut-elle voguer vers une mer moins agitée ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :