La SNCM : un peu de fuel dans le moteur

 |   |  350  mots
La compagnie maritime, qui a ouvert mi octobre une procédure de conciliation auprès du Tribunal de commerce pour récupérer des créances, aurait obtenu de son actionnaire principal Veolia-Transdev un apport de trésorerie de 17 M?.


Le conseil de surveillance de la SNCM, qui devait se tenir ce dimanche 27 octobre 2013 à propos de la situation délicate de la trésorerie de la compagnie maritime, a été annulé vendredi, les actionnaires ayant confirmé leurs engagements financiers. La compagnie maritime marseillaise, qui avait rappelé il y a quelques jours à son principal actionnaire Veolia (66 % du capital), sa promesse - une avance exceptionnelle de trésorerie pour couvrir ses besoins de financement de court terme d'un montant de 30 M€ - aurait obtenu de Transdev, filiale de Veolia, un engagement de 17 M€. L'État, également actionnaire (à hauteur de 25 % du capital) s'apprêterait également à verser 10 M€.

"En qualité d'actionnaire de Transdev, je puis vous dire toute ma détermination pour donner les moyens nécessaires à la poursuite pérenne du service public maritime confié à la SNCM", a écrit Antoine Frérot, dans un courrier transmis à Eugène Caselli, le président de la communauté urbaine de Marseille MPM, lequel assure : "la trésorerie de la SNCM sera donc assurée jusqu'en janvier et les discussions sur le projet industriel vont pouvoir reprendre dans un climat plus apaisé."

Le PDG de Transdev Jean-Marc Janaillac, auteur de la promesse d'un prêt relais, se serait rétracté en raison notamment des démêlées judiciaires de la société, qui est sommée par Bruxelles de rembourser 220 M€ de subventions publiques jugées trop perçues dans le cadre de la DSP 2007-2013 et par crainte d'être taxée de "soutien abusif" et/ou "gestion de fait".

La compagnie, qui a affiché un résultat en négatif de 14,2 M€ en 2012 pour un chiffre d'affaires de 191,5 M€, doit à la fois gérer ses problèmes judiciaires dans le cadre de la gestion de la DSP, restaurer ses ratios économiques, mettre en œuvre un nouveau schéma d'exploitation qui prévoit la suppression à terme de près de 600 postes et le renouvellement d'une partie de la flotte ... tout en gérant les rififis d'un actionnariat problématique entre l'État, la Caisse des dépôts, Veolia et les salariés.


A.D

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :