La débactérialisation ? écolo ? de Stéripure gagne du terrain

 |   |  490  mots
Fort de son nouvel industriel, la société de Rousset commence à vaincre les résistances des industriels l'agroalimentaire quant aux avantages de la debacterialisation par injection de vapeur. L'entreprise prépare actuellement une augmentation de capital pour financer son développement, notamment à l'étranger.


Près d'un an après s'être installé, Stéripure, spécialiste de la débacterialisation des produits secs alimentaires, a inauguré la semaine dernière ses nouveaux locaux de Rousset. L'entreprise dispose désormais d'un outil industriel capable de traiter jusqu'à 15 tonnes/jour de produits : "de quoi répondre à la demande de nos clients de plus en plus importante", déclare Olivier Bourgois, le fondateur de la société. Stéripure travaille désormais avec de grands noms de l'industrie agroalimentaire. "Nous profitons de la montée en puissance du bio car notre procédé par injection de vapeur saturée est non seulement plus efficace que les autres méthodes mais surtout plus respectueux de la nature", affirme le patron. Sa technologie intéresse plus particulièrement les fournisseurs d'épices, d'herbes, de fruits secs et à coques, de compléments alimentaires et certains acteurs de la cosmétiques. Stéripure explore également d'autres débouchés auxquels elle n'avait pas pensés au départ comme les co-produits céréaliers. L'entreprise monte en puissance progressivement sur le marché national mais aussi à l'étranger.


Un projet en Allemagne

Avec un chiffre d'affaires estimé à 600 K€ pour l'année 2014, la PME réalise près de la moitié de son activité à l'étranger. L'Allemagne, où elle a codéveloppé sa solution avec la société Napasol, est notamment un marché très porteur : "il se passe plus de choses outre-rhin sur les technologies alternatives. La prise de conscience écologique est bien plus importante qu'en France", remarque Olivier Bourgois. De plus, la situation économique reste instable dans l'hexagone et les acteurs de l'agroalimentaire sont encore frileux face au changement : "En France, nos services sont considérés comme des coûts supplémentaires malvenus en temps de crise. Les entreprises manquent de visibilité à long terme et hésitent à investir pour un potentiel gain dans les années à venir", explique le dirigeant. Stéripure multiplie donc les prospects sur les marchés internationaux et envisage même de créer un nouveau site en Allemagne à l'horizon 2016.


Une nouvelle augmentation de capital de 400 K€

Après avoir levé 1 M€ en 2013, l'entreprise prépare déjà une nouvelle augmentation de capital auprès de souscripteurs à l'Impôts Sur la Fortune (ISF). Elle a déjà récolté 200 K€ et compte parvenir à 400 K€ avant la fin de l'année. Cette nouvelle manne devrait lui permettre d'améliorer encore son outil industriel avec le développement technique de ses machines. "Nous devons également être plus présents sur les salons qui nous permettent d'élargir notre clientèle", ajoute Olivier Bourgois. Actuellement composée de 10 salariés, l'équipe va accueillir dans l'année de nouveaux opérateurs et une extension pourrait intervenir en 2015. Tous ces projets doivent contribuer à tendre vers son objectif : 1,4 M€ en 2015.

Richard MICHEL

Photo : Olivier Bourgois, le fondateur et dirigeant de Steripure, envisage de créer un nouveau site en Allemagne à l'horizon 2016


Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :