La métropole, arme absolue pour doper l ? attractivité du territoire ?

 |   |  475  mots
Alors que Marseille fait l?objet d?un ensemble de mesures gouvernementales, la Ville adhère pour la première fois à Provence Promotion, l?agence de développement économique locale. Derrière l?acte, un enjeu, celui de l?attractivité de la ville. Évidemment, le concept de métropole est au c?ur de la mécanique.


Si la convention n'avait été rédigée avant les derniers événements en date, l'on aurait juré à un sursaut de la part de la Ville. La municipalité vient de signer un partenariat de 3 ans avec l'agence de développement économique Provence Promotion, assorti d'une enveloppe de 85 K€. Objectif : doper l'attractivité de la cité phocéenne dans un contexte de compétition entre métropoles.

Une première aussi car depuis sa création en 1998, l'agence de promotion à l'international est financée par ses deux co-fondateurs que sont le CG 13 et la CCIMP. "Notre objectif, explique Roland Blum, premier adjoint (UMP) auprès de Jean-Claude Gaudin, "est de mettre en œuvre un guichet unique pour mieux prospecter à l'international et attirer des investisseurs mais aussi mieux maîtriser les montages financiers. Notre démarche s'inscrit dans le phénomène métropolitain".

Le terme est lancé. Il n'en faut pas davantage à Jacques Pfister, président de la Chambre de commerce et d'industrie Marseille-Provence, inlassable porte-parole de la "grande métropole", pour dégainer : "la métropole n'est pas pensée pour le seul monde économique qui veut développer son business. Il ne s'agit pas d'une solution punitive mais au contraire d'un formidable atout pour améliorer le cadre de vie de ses résidents".

D'obédience politique différente, Roland Blum concède que "les mesures du gouvernement vont dans le bon sens à condition qu'elles aillent au bout de leur logique avec des dotations à la clé. La métropole suppose une juste répartition des charges de la centralité et certains se trompent d'enjeu quand ils pensent que l'on veut leur prendre du pouvoir, on veut juste leur prendre un peu de sous ! Quoi qu'il en soit, il faudra une loi. Et si cela n'est pas fait dans les 6 mois, c'est mort. Il appartient au gouvernement, s'il est logique avec lui même, de déposer un projet de loi ou de l'inscrire dans le cadre du nouvel acte décentralisation. Il est difficile de penser que l'on n'aura pas de retombées politiques fortes vu les annonces qui ont été faites. Mais les marges de manoeuvre sont faibles au regard de la pression des élus".

Quant au monde économique, il entend bien "surveiller le four et l'alimenter. On sera vigilant sur ses compétences. On a trois mois devant nous pour définir son contenu. On se soucie peu de qui en sera le patron. En revanche, quelle que soit sa forme - consultation ou autre - on veut être associé aux instances de gouvernance", prévient le président de la CCIMP. Roland Blum suggère que l'on s'inspire à cet égard du modèle qui a été développé par le Conseil de développement du Grand Port maritime de Marseille et valide le fait que le milieu économique soit associé.


A.D


Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :