La région PACA emprunte 52M ?

 |   |  357  mots
Dans un communiqué conjoint avec la banque HSBC France, la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur (PACA) a fait savoir vendredi soir qu?elle avait emprunté durant la semaine 52 M? sur les marchés grâce à une émission d'obligations à 11 ans.


Sans attendre la pénurie de crédit - probable - pour les collectivités locales, sans attendre non plus l'offre de financement simple qui doit être proposée d'ici à fin juin par la Caisse des Dépôts et Consignations avec la Banque Postale (en relais à Dexia Crédit Local), et avant que ne soit mis un terme au recours aux fonds d'épargne (le dispositif ne sera plus en vigueur à partir de fin mars), la Région prend les devants sur les marchés. Elle s'engage dans la "première opération de ce type depuis 2005", selon HSBC.

L'émission, qui a pour échéance le 1er février 2023, a été entièrement souscrite par des investisseurs institutionnels allemands, notamment des compagnies d'assurance. Le taux d'intérêt de l'obligation (coupon) est de 4,15% par an, un niveau assez proche (0,85% de plus) de celui de l'obligation d'État française (OAT) de même échéance, souligne HSBC.

La région a choisi de proposer, pour la première fois, une obligation "in fine", c'est-à-dire avec remboursement intégral à l'échéance, alors qu'elle n'avait jusqu'ici émis que des obligations avec amortissement linéaire, c'est-à-dire avec remboursement chaque année d'une partie du montant emprunté. La région, présidée par le président socialiste Michel Vauzelle, rappelons-le, a été créditée récemment de la signature AA par l'agence Fitch.

Est-ce que cette attitude traduit déjà les difficultés que rencontrent les collectivités locales pour financer leurs projets à l'heure où elles sont en train de voter leur budget ? Dès 2009, le Crédit agricole, la Société générale et les Caisses d'épargne n'avaient pas caché qu'ils ne pourraient plus financer à plus de 15 ans les investissements des grands acteurs publics et parapublics, compte tenu des contraintes imposées par les nouvelles directives. Avec la crise, les choses se sont exacerbées. Sans compter la disparition du grand argentier du secteur local, Dexia.

Les banques démentent toujours pour leur part, l'assèchement des crédits.

A.D

Photo : Michel Vauzelle, président de la région PACA

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :