La région émet un avis défavorable à la création de la Métropole Nice Côte d ? Azur

 |   |  383  mots
La fronde vient de la vice-présidente Cécile Helle et du président de région Michel Vauzelle. Un avis défavorable à la Métropole Nice Côte d?Azur a été émis ce vendredi 24 juin en séance plénière du conseil régional.

"Caricatural", "hold up territorial", "super estrosi Land" ... les conseillers régionaux n'ont pas lésiné sur les mots ni fait l'économie de l'expression de leurs convictions. Si le maintien de deux métropoles - Marseille et Nice - au sein de l'ensemble régional est perçu comme un avantage pour le président régional, il inspire visiblement des craintes au nom de l'aménagement du territoire.


Principal argument en défaveur de la création d'une métropole niçoise, l'arrière pays niçois resterait enclavé et éloigné des prises de décision. En effet, le périmètre proposé pour la métropole ne tiendrait pas compte des disparités de territoires caractéristiques de cette zone : un littoral fortement urbanisé d'un côté, des espaces peu homogènes dans les terres. Ainsi, Cécile Helle juge cette métropolisation comme "une marche forcée", déstabilisante et génératrice d'inégalités.

Une conviction partagée par Patrick Allemand, vice- président de région, qui estime que la Métropole niçoise, s'étirant des plages de Nice au sommet du Mercantour, serait "un bassin de vie à géométrie variable au périmètre déséquilibrant". Car la principale critique adressée à la métropole est bel et bien son développement jugé trop "vertical".

Une seule voix dissonante s'est faite entendre dans l'Assemblée. Celle de Dominique Estrosi-Sassone, élue niçoise et ancienne compagne de l'homme orchestre du projet, qui a fait valoir "l'étroite symbiose et la complémentarité de ces territoires" et le fait que la future institution serait "un outil de développement formidable".

Mais la crainte principale demeure finalement la prise de compétences et donc de pouvoir. Michelle Vauzelle redoute que cette métropolisation de l'espace régional ne scinde Paca en deux avec une opposition marquée entre Marseille et Nice. De ce fait, en plus des compétences amputées à la région, l'institution se verrait fragilisée financièrement et moralement. À cela, Dominique Estrosi-Sassone rétorque que la perte de compétences de la région n'est pas directement liée à la création d'une métropole. Il faudrait pour l'acter un accord bilatéral.

Geoffroy Toche

Photo : Dominique Estrosi-Sassone
Crédit : Mairie de Nice


Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :