La stratégie payante de Median Technologies

 |   |  256  mots
L'éditeur de logiciels et fournisseur de services pour l'interprétation en imagerie médicale ? qui vient de se voir attribuer trois études cliniques en oncologie ? va étendre le champ d'application de sa technologie aux domaines de la cardiologie et de la neurologie.

En annonçant l'attribution de trois nouveaux projets d'interprétation et de gestion des images médicales dans des essais cliniques en oncologie pour un montant de 2,6 M€, Median Technologies confirme l'intérêt de sa spécialisation. Née à Sophia-Antipolis en 2002 et spécialisée dans l'interprétation quantitative des images médicales là où les lectures qui en étaient jusqu'alors faites étaient quantitatives, Median Technologies possède à fin décembre un carnet de commandes à 11 M€, dont 4,2 M€ de commandes fermes et 6,8 M€ d'attribution de projets. Le chiffre d'affaires 2014 cumule à 1,5 M€ contre 1,2 M€ en 2013.

Validation de la stratégie

Pour son P-d.g, les bons résultats enregistrés confirment "la stratégie que nous avons déployé". Surtout, l'élément que Fredrik Brag regarde attentivement c'est le montant des levées de fonds réalisées par les biotechs aux Etats-Unis - 20 Mds$ en 2013-2014 pour des essais cliniques dont la moitié sont consacrés à l'oncologie -, ce qui valide le modèle économique de l'entreprise. Median Technologies prévoit de travailler sur des tests compagnons afin d'évaluer l'efficacité des traitements et de suivre le patient en routine clinique. "Nous nous sommes focalisé en oncologie mais nous allons également travailler en cardiologie et neurobiologie", annonce Fredrik Brag qui a fait partie de deux déplacements présidentiels de François Hollande, en Chine et en Australie. Dans ce dernier pays, cela a permis à la Française d'entrer en contact avec le Ministère de la Santé...

Laurence BOTTERO
Crédit photo : Median Technologies

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :