Laurent Théry, préfet en charge du projet métropolitain : "L'assise de la métropole prendra 15 ans"

 |   |  408  mots
Un an après avoir pris ses fonctions, Laurent Théry, préfet délégué pour le projet métropolitain Aix-Marseille-Provence (AMP), dresse un premier bilan.

Ce n'est pas en deux ans qu'on bâtit un empire. Mais deux ans, c'est le temps imparti à Laurent Théry pour établir le projet de métropole. Un projet qui devra être partagé en dépit des réticences toujours prégnantes. C'est en somme ce qu'il a rappelé mardi dernier au Club du Vieux-Port, invité par deux clubs politiques, l'IEES et le GAES de Jacques Rocca-Serra. Concrètement, il s'agit d'établir un document de convergence stratégique, de mettre en place une gouvernance, de définir huit chantiers et de s'engager sur des projets, comme la transformation de la gare Saint-Charles ou la liaison Aix-Marseille.


Un déficit de 65 000 emplois
À présent, la prochaine échéance se situe au 1er janvier 2014, puisque que c'est à cette date que la création institutionnelle d'AMP doit avoir lieu. La loi sur la métropole, votée par l'Assemblée nationale, sera bouclée à la fin 2013. (Matignon mise toujours sur un examen avant la fin de l'année 2013). Rappelons que le territoire de la métropole comprend un peu moins de 2 millions d'habitants sur 3 000 km² (presque l'équivalent de la métropole de Paris). Cet espace de vie est aujourd'hui handicapé par la parcellisation territoriale. C'est dans le domaine des transports que cette fragmentation est la plus évidente, mais aussi celui de l'habitat et de la vie des entreprises. "La métropole enregistre un déficit territorial de 65 000 emplois", un taux d'emploi de 59 % contre 64 % pour celui des territoires comparables, pointe encore du doigt Laurent Théry s'appuyant sur une étude de l'Insee, qui vient de paraître et qui dresse un portrait du territoire qui sera concerné en 2016.


Le préfet n'a fait que rappeler que des choses déjà verbalisées même si elles ne sont pas encore admises : la disparition des 6 intercommunalités. Le premier président de la métropole sera désigné par le conseil des élus des communes membres : il ne sera élu au suffrage universel qu'en... 2020 ! "C'est lui qui assurera le leadership en matière d'attractivité du territoire, avec la Région", précise le préfet. Quant aux services du quotidien, comme la gestion des ordures ménagères, ils seront délégués aux conseils de territoire. Si une stratégie d'ensemble parvient à se définir avec les partenaires concernés...


Aurélie Thépaut

Photo : Laurent Théry, préfet délégué pour le projet métropolitain Aix-Marseille-Provence

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :