Le BTP réagit aux nouvelles mesures fiscales

 |   |  429  mots
La 7ème édition de la Baticup méditerranée, la régate des professionnels du BTP organisée par la fédération départementale ce week-end, a été l?occasion de revenir sur les mesures fiscales annoncées le 24 août dernier par le gouvernement.

Deux points inquiètent particulièrement la profession, explique d'emblée Michel Marakas, le 1er vice-président de la Fédération du BTP 13 qui remplace jusqu'à la prochaine élection (2012), Jean-Pierre Richard, décédé subitement cet été. "La suppression des abattements sur les plus-values des cessions immobilières et le nouveau coup de rabot de 10% sur le crédit d'impôt développement durable et sur le dispositif Scellier pour l'immobilier locatif * interviennent alors que nous assistons à un décrochage brutal de la vente de logements neufs. Nous demandons un report de cette mesure au 1er mars afin de permettre aux investisseurs d'anticiper la hausse des taxes".

Quant à la deuxième mesure gouvernementale, la profession rappelle que ce dispositif a permis au secteur de la construction de maintenir son activité au cours des dernières années : "Il faut entre 5 et 7 ans pour réaliser un programme de logement. La stabilité et la visibilité à moyen terme sont des éléments déterminants du marché", tient-il à préciser. Didier Riboret, le président de la fédération nationale, aurait été reçu par le directeur du cabinet du ministre de l'économie et des finances à ce sujet le 30 août dernier.


En revanche, les professionnels du secteur se félicitent du maintien à taux réduit pour les travaux de rénovation et du PTZ+ qui devrait être néanmoins revu. Quant à la conjoncture départementale, point d'inquiétudes. Tous s'accordent pour dire que le marché ne connaît pas de réel essoufflement. L'activité serait même en légère progression mais au prix de coups de lattes dans les devis. D'où la difficulté à reconstituer les marges entamées par les difficiles dernières années. Restent des trésoreries sensibles aux moindres aléas.

Le niveau des autorisations de construire des logements reste bien orienté (482 000 sur les douze derniers mois). Même tendance pour les mises en chantier (+14,9%). En revanche, les ventes (par les promoteurs) accusent un recul de 19% au cours du premier semestre.
Pour le non-résidentiel, 35,7 millions de m2 ont été autorisés sur le premier semestre, soit une hausse de 6,4%. Les mises en chantier régressent pour leur part. Les carnets de commande présentent une visibilité de 7,2 mois pour le gros œuvre et de 5,6 pour le second œuvre. Le BTP représente 7,5% de l'économie départementale, soit 52 719 emplois et 10 000 entreprises réalisant un chiffre d'affaires cumulé de 3 mds€ H.T.


*dont l'avantage fiscal devrait passer de 18 à 16%

A.D

Photo : Michel Marakas, le 1er vice-président de la Fédération du BTP 13

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :