Le CHU de Nice veut rendre lisible son rôle économique

 |   |  402  mots
8 355 emplois et un impact économique total d'1,456 Md?. C'est ce qu'il ressort d'une étude réalisée par la CCI Nice Côte d'Azur pour le compte du Centre Hospitalier Universitaire de Nice.

C'est parce qu'il souhaite "développer les coopérations avec les acteurs économiques du territoire pour intégrer les problématiques locales, apporter une contribution active et rendre lisible (son) rôle économique" que le Centre Hospitalier Universitaire de Nice a passé un partenariat avec la Chambre de Commerce et d'Industrie Nice Côte d'Azur afin que celle-ci, au travers de son observatoire Sirius, analyse le poids du CHU dans l'écosystème local. Il ressort de l'observation réalisée en 2011 qu'avec cinq établissements dans son périmètre - L'Archet, Cimiez, Saint-Roch, Pasteur et Tende - le CHU représente 1 790 lits et places, emploie 8 355 personnes soit l'équivalent de 7 785 equivalents temps plein (ETP) pour des dépenses du personnel s'élevant à 348 M€, poste le plus important pour le Centre Hospitalier qui figure par ailleurs dans la liste des premiers employeurs du département.

Le CHU fait travailler les secteurs de la construction, l'énergie et de la santé

Les dépenses d'investissement atteignent pour leur part 229 M€ au total en 2011. Au premier rang des fournisseurs - 2 110 en tout dont 600 sont Azuréens - se trouvent la construction, l'énergie et la santé. Les dépenses achats (145 M€) se font auprès de groupes tels EFS Alpes Méditerranée (Établissement Français du Sang), EDF, Linde France, Sonitherm, le SDIS, Veolia ou encore GDF quand les dépenses investissements (83,8 M€) se réalisent principalement auprès de Dumez Côte d'Azur, Eiffage Thermie Méditerranée, SPIE Sud-est ou Cari.

257 K€ d'impôts acquittés
Autre donnée : le montant des impôts acquittés par le CHU atteignent 257 K€ en 2011. Quant à l'origine des patients ayant "fréquenté" les établissements du CHU -  262 276 patients - 12 % ne sont pas originaires du département, la plupart venant du Var (à 45 %), de Corse, de Monaco ou encore de l'Italie. Le montant total des dépenses avoisionne les 4 M€. On retiendra également que les manifestations organisées autour du secteur de la santé ont généré quant à elles 6,2 M€ de retombées en 2012. Et que cette étude démontre que les Sciences du Vivant et de la Santé constituent véritablement un axe de développement pour le département. Non, les Alpes-Maritimes ne parient pas que sur le tourisme pour économiquement bien se porter.

L.B
Photo : 12 % des 262 276 patients ayant transité par le CHU de Nice, ne sont pas originaires du département.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :