Le conseil municipal de Marseille acte la hausse de la taxe d'habitation

 |   |  323  mots
Patrick Mennucci, maire PS du premier secteur de Marseille, a demandé ce matin au conseil municipal des explications à propos de la hausse de la taxe d'habitation.

« À l'heure ou une immense majorité de nos concitoyens manifestent pour défendre ce qui reste de leurs acquis sociaux et leur pouvoir d'achat, vous vous apprêtez à voter une hausse uniforme de 105 euros de la taxe d'habitation qui touchera quasiment tous les marseillais, même les plus modestes d'entre eux. Avec la réévaluation des bases votée lors de loi de finances 2011, la hausse atteindra en fait un minimum de 120 euros par foyer », a fait valoir ce matin Patrick Mennuci, à l'occasion du Conseil municipal de Marseille, qui devait débattre de la concertation pour le Grand centre ville et de la requalification de la façade littoral Nord.
L'élu PS avait en main le classement 2009 du montant moyen de la taxe d'habitation payée (par un couple avec 2 enfants) dans les grandes villes de France : Grenoble (723€) Toulouse (819€), Lyon (839€) Lille (884€) et Marseille (979 €). « La cotisation moyenne sur l'ensemble des grandes villes est de 899€, nous sommes donc déjà supérieurs de 9% à cette moyenne. Avec la diminution de l'abattement que vous préconisez, nous serons supérieurs de 20% à la moyenne nationale alors que les revenus des marseillais sont inférieurs de 15% à la moyenne. Par contre, en ce qui concerne la taxe foncière, la cotisation moyenne dans les grandes villes est de 846€ et seulement de 795€ à Marseille soit 7% de moins ».
Jean-Claude Gaudin a rappelé que « cette mesure est destinée à générer un produit de 23 M€ supplémentaire pour favoriser notamment "la politique d'investissements indispensable au développement de la ville et pour consolider l'emploi à Marseille". Une décision que le conseil municipal a approuvée.
Pour ce qui est dossiers à l'ordre du jour, le conseil municipal a donné son feu vert au lancement de la concertation publique pour le Grand centre ville, qui doit permettre le le traitement par réhabilitation, restructuration ou démolitions-reconstruction d'ilots urbains complets. 35 pôles de projet concernant 3 400 immeubles, soit 16.000 logements, ont ainsi été identifiés.

A.D

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :