Le crowdfunding différenciant de Provence Booster

 |   |  397  mots
Née en juin dernier, cette plateforme de financement participatif a pris le parti original de l'aide aux projets exclusivement implantés en Paca.

Il y a les généralistes, les spécialisés par filière et il y a Provence Booster. Cette plateforme de financement participatif créée en juin dernier par Muriel Villain et hébergée chez Marseille Innovation, n'est pas tout à fait comme les autres puisque sa spécificité est d'accompagner les projets nés en terres provençale et azuréenne. Un angle "régional" qui vise à certes contribuer au financement desdits projets mais surtout à contribuer concomitamment au développement du territoire.

Révolution

Issue du monde bancaire, Muriel Villain s'intéresse assez vite au crowdfunding, consciente que les normes telles Bâle III gênent les établissement bancaires aux entournures pour prêter, que l'État surendetté coupe dans les subventions données aux collectivités, qui elles-mêmes disposent de moins de fonds pour les associations et puis surtout, "parce qu'en amont de tout cela, il y a la révolution numérique, une révolution qui modifie les comportements" précise celle qui revêt aussi la robe de juge au Tribunal de commerce de Marseille. "Ce qui sous-tend à l'intérêt suscité par cette économie collaborative c'est le manque de moyens financiers et l'envie de recréer du lien social".

Valider le modèle économique

Active depuis quelques mois, Provence Booster - bilingue et multi-devises - a donc choisi de ce positionner sur l'accompagnement de projets "qui ne pourraient pas voir le jour autrement et qui créent une réelle valeur ajoutée qu'elle soit économique, sociale, sociétale, culturelle..." explique Muriel Villain. Qui envisage déjà le coup d'après et recherche pour cela un profil adapté : proposer dès janvier des offres de formation, souvent indispensables pour les jeunes entrepreneurs enthousiastes et pressés d'en découdre sur leur marché. Possible aussi bientôt, l'aide financière apportée aux projets non pas via de la monnaie sonnante et trébuchante mais en valorisant les compétences d'une entreprise plus mature. "Au lieu de demander de l'argent, on demande de la compétence" souligne Muriel Villain.
Quoiqu'il en soit, chercher du financement via la plateforme de crowdfunding permet aussi de tester son idée et de valider - ou pas - le modèle économique. Pour l'heure six projets sont en cours de recherche de financement sur Provence Booster. D'autres sont prochainement attendus.

Laurence BOTTERO
Crédit photo : DR

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :