Le fil politique : À Grasse, le maire sortant se retire

 |   |  409  mots
Il était attendu, finalement il n'y ira pas. Jean-Pierre Leleux, l'actuel locataire de l'hôtel de ville de Grasse, a annoncé ne pas être candidat au prochain scrutin municipal, soucieux de laisser la place à une "génération plus jeune" et si possible à Jérôme Viaud, actuel conseiller général dont il soutient la candidature.

Pour une surprise, c'est une surprise. Et c'est pour l'heure le premier vrai coup de théâtre au niveau départemental en ce qui concerne le scrutin municipal qui se déroulera en mars prochain. En annonçant dans un long communiqué ne pas être candidat à sa propre succession, Jean-Pierre Leleux secoue le landerneau local. Il faut dire qu'un homme politique qui décide, de lui-même et non sans y être forcé par le résultat des urnes, de ne pas cumuler, c'est assez rare.

Place aux plus jeunes
Élu le 18 juin 1995, réélu depuis à chaque élection - au premier tour notamment en 2008, une première pour la ville - le Premier Magistrat de la Cité des Parfums explique que l'exigence du non-cumul des mandats, l'obligerait s'il était réélu une quatrième fois, à choisir entre sa fonction de sénateur (il endosse la fonction depuis 2008) et celle de maire. "J'aurais alors 70 ans. Tout le monde comprendrait que j'opte pour mon mandat sénatorial mais personne ne comprendrait que je quitte mes fonctions de maire en cours de mandat pour être remplacé par quelqu'un qui ne serait pas oint par le suffrage universel". C'est donc pour laisser "la démocratie s'exprimer librement" que Jean-Pierre Leleux a décidé de passer la main. Si possible à une "génération plus jeune", "pleine de ressources d'énergie et d'idées neuves dont la ville a besoin".

Passage de témoin

Il en profite néanmoins pour adouber Jérôme Viaud, son ancien collaborateur de cabinet, qui a par ailleurs été son directeur de campagne lors des élections municipales de 2008. "Il lui appartient de rajeunir et diversifier le courant politique local que je conduis depuis plus de vingt ans. Il en a l'étoffe". Un passage de témoin naturel, Jean-Pierre Leleux lui "cédant" déjà son siège de conseiller général en 2008, élection que Jérôme Viaud remporte alors face à Paul Euzière. Un candidat - qui ne revendique aucune étiquette tant il tente de rassembler de l'extrême gauche à la droite - et qu'il retrouvera en mars prochain. Ont également fait acte de candidature, Jean-Marc Degioanni pour le FN, Pierre-Marie Carlier pour le PS et Philippe Emmanuel de Fontmichel, petit-fils de feu Hervé de Fontmichel (quatre fois maire de Grasse) sans étiquette et qui espère capitaliser ... sur son patronyme.

L.B

Photo : Jean-Pierre Leleux, maire de Grasse, ne sera pas candidat à sa propre succession.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :