Le fonds d'investissement Tertium investit 2 M ? dans Ampéris Energies

 |   |  695  mots
Lancé en octobre 2012, le fonds de capital développement marseillais Tertium, abondé par une vingtaine de chefs d?entreprises régionaux et la Caisse d?Épargne Provence-Alpes-Corse, a investi 2 M? dans une pépite du génie électrique et climatique.

Lancé en octobre 2012, le fonds de capital développement marseillais Tertium, abondé par une vingtaine de chefs d'entreprises régionaux et la Caisse d'Épargne Provence-Alpes-Corse, a investi 2 M€ dans une pépite du génie électrique et climatique.

Dans son précédent job, Thierry Persia faisait la croissance externe "d'où cette capacité à intégrer vite", observe celui qui est en train de finaliser le protocole d'acquisition d'une TPE de sept personnes. Il s'agira de la cinquième emplette réalisée depuis 2010. Dans ses précédentes fonctions, l'actuel PDG d'un groupe constitué de quatre sociétés (LB Entreprise, EPM, Ampéris Réseaux et GEI-Industries & Énergies) était un cadre dirigeant d'une filiale du groupe Eiffage (Forclum), pour lequel il a notamment assuré la responsabilité de six établissements (80 M€ de CA et 650 personnes).

Doubler le CA

Depuis son départ du groupe de BTP, le diplômé de l'Institut National des Sciences Appliquées de Rennes "a en tête son schéma final : la constitution d'un groupe pluritechnique à la complémentarité géographique et à l'expertise avérée", explique-t-il. Et quand il n'a pas trouvé, sur le marché, la spécificité recherchée, il l'a tout simplement créée. C'est ainsi qu'entre 2010 et aujourd'hui, il a avalé ou crée quatre sociétés, la dernière en date en début d'année était la marseillaise GEI Industrie, dont il était le directeur général depuis 2010. "Quand je suis entré dans cette entreprise, elle faisait 13 M€ de chiffre d'affaires, était mono activité (industrie électrique) et exclusivement basée dans les Bouches-du-Rhône. J'ai recruté des cadres de haut niveau (qui ont investi à ses côtés au moment du rachat, NDLR) et nous avons quasiment doublé le CA (21 M€ NDLR), crée trois nouveaux métiers (génie climatique, nucléaire, sprinkler) et ouvert trois nouvelles implantations (à Nice, Tallard et Orsan). L'entreprise est désormais en mesure de répondre à des appels d'offres pour des lots techniques complets", détaille celui qui est, par ailleurs depuis 2004, conseiller régional du SERCE, le syndicat des entreprises de génie électrique et climatique.

Appel d'offres de plus de 10 M€

Avec cette organisation désormais structurée, son groupe, basé à Aix-en-Provence (250 personnes, 11 sites en Provence-Alpes-Côte d'Azur, CA de 31 M€), est en mesure de se positionner sur des appels d'offres (le secteur public contribue à la moitié de ses recettes) d'une valeur supérieure à 10 M€ et surtout "de haute technicité" dans les travaux et services liés aux installations industrielles et tertiaires, aux réseaux aériens et souterrains de l'énergie, et à la protection incendie. La PME fait partie des entreprises certifiées APSAD, marque attestant de la qualité d'un système de sécurité incendie, qu'il s'agisse d'appareils ou de services.

Ouverture du capital

Un nouveau cap vient d'être franchi avec l'entrée au capital du fonds d'investissement Tertium à hauteur de 40 % complétant un tour de table auquel participe une partie de l'encadrement (5 % du capital). Un mariage de raison d'une durée de 5 à 6 ans moyennant un apport de 2 M€. Lancé en octobre 2012 avec un capital de 13 M€, Tertium, basé à Marseille, est une structure un peu particulière dans le paysage du capital développement local puisqu'il est abondé par une vingtaine de chefs d'entreprises régionaux, dont des personnalités connues du territoire Marseille Provence comme Richard Caillat (High Co) Bruno Richardson (Richardson), Didier Parakian (Parakian), Rodolphe Saadé (CMA-CGM), Elisabeth Coquet-Reinier (ONET), Marc Schillaci (Oxatis), ... qui apportent donc à la fois une connaissance du marché et une expertise de l'entreprise. Ils interviennent aux côtés de la Caisse d'Épargne Provence-Alpes-Corse (CEPAC), qui reste l'actionnaire majoritaire. Le fonds d'investissement à participation minoritaire (prise entre 20 et 30 %, soit des tickets compris entre 500 K€ à 1,5 M€) vise exclusivement des entreprises régionales avec au moins 5 M€ de chiffre d'affaires. Tertium signe ainsi sa deuxième prise de participation après avoir investi 1 M€ dans Roloni, l'entité qui chapeaute l'enseigne de magasins biologiques Bio & Co Le Marché.


A.D

Photo : Thierry Persia, P-d.g du groupe Ampéris Énergies, groupe indépendant aixois constitué de quatre entreprises spécialisées dans le génie climatique et électrique.



Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :