Le port de Marseille active la liaison entre le maritime et le fer

 |   |  662  mots
Élément ?stratégique? pour activer la liaison entre le maritime et le fer, le projet de terminal de transport combiné de Mourepiane, en gestation depuis 2011, vient de franchir une nouvelle étape avec la création le 16 juillet de la société d'investissement chargée de construire l'équipement. Un investissement de près de 60 M? qui permettra de concentrer sur un seul site les pré et post-acheminements ferroviaires des conteneurs maritimes ainsi que la manutention des caisses mobiles et remorques.

Élément "stratégique" pour activer la liaison entre le maritime et le fer, le projet de terminal de transport combiné de Mourepiane, en gestation depuis 2011, vient de franchir une nouvelle étape avec la création le 16 juillet de la société d'investissement chargée de construire l'équipement. Un investissement de près de 60,5 M€ qui permettra de concentrer sur un seul site les pré et post-acheminements ferroviaires des conteneurs maritimes ainsi que la manutention des caisses mobiles et remorques.

MTTC pour Mourepiane Terminal Transport Combiné. C'est le nom de la nouvelle entité qui vient d'être créée et qui concrétise une nouvelle étape dans le projet de transport combiné rail-route : le lancement des études et des procédures administrative pour réaliser l'équipement qui aura pour fonction de concentrer en un seul lieu les trafics de conteneurs maritimes destinés à emprunter le rail mais aussi de gérer l'interface entre les trains et les camions pour les transports combinés desservant l'aire marseillaise et le Sud-Est. La société d'investissement sera détenue par le grand port maritime de Marseille (GPMM), premier actionnaire avec 29 % du capital, aux côtés de Greenmodal transport, la filiale de transports terrestres de CMA CGM, Projenor (filiale de Crédit agricole SA dédiée au montage clef en main de projets logistiques), de la Caisse d'Épargne Provence-Alpes-Corse et de la Caisse des dépôts à hauteur de 15,5 % chacun. La CCI Marseille-Provence détiendra en outre 9 % de la nouvelle entité.

Capacité de traitement de 150 000 conteneurs
Le projet de ce terminal de transport combiné rail-route remonte aux orientations gouvernementales en faveur du fret ferroviaire présentées en Conseil des ministres le 16 septembre 2009 ainsi qu'à un des objectifs de la réforme portuaire visant à développer les modes de transports alternatifs à la route, et à transferer la gestion des voies ferrées aux ports, opération concrétisée à Marseille-Fos en septembre 2008. Le nouvel équipement, sis sur une emprise de 10 ha implanté dans les bassins Est du GPMM, à l'arrière du terminal à conteneurs Med Europe terminal, devrait être en mesure de traiter jusqu'à 150 000 conteneurs et caisses mobiles par an, soit le double du nombre de "boîtes" qui empruntent le rail aujourd'hui. Il permettra en outre de libérer le site de la gare du Canet, où étaient jusqu'à présent manutentionnées les remorques et caisses mobiles. Les 40 ha du site, que le port a cédés, seront utilisés pour l'extension de la grande opération de restructuration urbaine Euroméditerranée le long de la façade maritime.

Un investissement de 60,5 M€

Il nécessitera un investissement global de 60,5 M€, dont 41,8 pris en charge par la nouvelle société et 18,7 million par le GPMM. Cet investissement comprend notamment l'allongement de voies ferrées (le réseau ferré portuaire actuel est de 110 km. Il serait question de créer 60 km de voies supplémentaires), la création d'une zone de dépôt de conteneurs, des aménagements routiers et l'achat de portiques ferroviaires. Les travaux doivent démarrer à l'été 2015 pour une mise en service prévue mi-2017. Il restera ensuite à créer la société chargée d'exploiter le terminal. Le 29 juin 2012, le conseil de surveillance du GPMM avait retenu le groupement, composé de Projenor, et de trois opérateurs spécialisés dans le transport ferroviaire combiné Rail/route : CMA Rail, filiale du Groupe CMA CGM qui relie déjà aujourd'hui le port phocéen en direct à Lyon, Paris, Dourges et au-delà via des hubs ; T3M, qui assure un service quotidien entre l'Ile-de-France et le port de Marseille Fos et Naviland Cargo, filiale de SNCF Geodis, qui dessert en direct, via le port de Marseille Fos, Toulouse, Lyon, Paris.


A.D

Photo : Le terminal de transport combiné permettra de concentrer sur un seul site les pré et post-acheminements ferroviaires des conteneurs maritimes ainsi que la manutention des caisses mobiles et remorques.

© collection Port de Marseille Fos

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :