Le processus de création de la Métropole Nice Côte d ? Azur est enclenché

 |   |  603  mots
Les élus de la communauté urbaine Nice Côte d?Azur (Cunca) ont adopté, à la majorité moins 6 voix et une abstention, le principe de création d?une métropole à l?horizon 2012.

Les réticences de l'opposition n'ont finalement pas pesé lourd à l'heure du vote. Comme attendu, Christian Estrosi et sa métropole (que d'autres se risquent à nommer « Estropole ») ont convaincu l'écrasante majorité des élus réunis en conseil communautaire le 13 avril dernier. Coup dur pour les socialistes : même Antoine Damiani, maire (PS) de Carros, s'est exprimé pour la création de cet Établissement Public de Coopération Intercommunale (EPCI).

Au 1er janvier 2012, Nice Côte d'Azur deviendra donc la première métropole française. Elle regroupera, du littoral jusqu'aux frontières des Alpes-de-Haute-Provence et de l'Italie, 45 communes et près de 550 000 habitants (ndlr. : un territoire prétendant au titre de métropole doit comporter plus de 500 000 habitants, être d'un seul tenant et sans enclave). La fusion de la Cunca avec trois communautés de communes voisines (la Vésubie, la Tinée et les stations du Mercantour) "va nous permettre de changer d'échelle" et de "soutenir la compétition avec nos concurrentes européennes et internationales", a fait valoir le député-maire de Nice au cours d'un discours fleuve. "Elle offrira des avantages incomparables en termes de santé, d'études, d'infrastructures ferroviaires, de traitements des eaux, de développement économique".

Par rapport aux intercommunalités existantes, la Métropole Nice Côte d'Azur récupérera trois compétences supplémentaires, dévolues actuellement au Conseil régional : la voirie départementale, les transports scolaires et la promotion internationale du territoire concerné. Un regroupement des services qui devrait permettre de réaliser des économies d'échelle.

Autre avantage ardemment défendu par le président de la Cunca : l'éligibilité aux fonds et crédits européens. Avec un périmètre élargi aux hautes vallées, Nice Côte d'Azur deviendra un territoire transfrontalier et pourra ainsi prétendre au FEOGA (Fonds européen d'orientation et de garantie agricole), au FEDER (Fonds européen de développement régional) ou encore au programme ALCOTRA (quatrième génération de programme de coopération transfrontalière le long de la frontière continentale entre la France et l'Italie) et accroître ainsi sa puissance de feu financière.

La CCI Nice Côte d'Azur se transformera de son côté en CCI métropolitaine et départementale "avec pour ambition de faire de Nice Côte d'Azur une expérience pilote en France sur la collaboration entre une métropole et une CCI métropolitaine". Les premiers axes de développement étudiés par ces deux entités devraient concerner les ports, l'Opération d'Intérêt National de la Plaine du Var et l'aéroport. Les opposants à ce projet métropolitain ont dénoncé tour à tour "la précipitation" de Christian Estrosi et sa "soif de pouvoir immense". Des propos qui n'ont pas entamé la détermination du député-maire convaincu d'entamer ici "un processus historique".


PH

Photo : Au lendemain du vote ayant abouti à l'adoption du principe de création de la Métropole Nice Côte d'Azur, les maires des 45 communes concernées par le tracé se sont réunis pour immortaliser l'instant (crédit : Mairie de Nice).


Le calendrier :

- Juin 2011 : arrêté du Préfet sur le projet de périmètre
- De juin à novembre 2011 : délibérations tour à tour des communes, du Conseil général, du Conseil régional et de la Commission Départementale de Coopération Intercommunale (CDCI) sur le périmètre
- Novembre 2011 : arrêté préfectoral finalisant le périmètre de la Métropole
- Décembre 2011 : décret la Métropole au 1er janvier 2012


Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :