Les compétences économiques des collectivités font débat

 |   |  484  mots
Alors que le gouvernement Ayrault devrait présenter début 2013 un projet de loi sur la décentralisation, qui sera d'abord examiné par le Sénat, l?Université d?Avignon et des Pays de Vaucluse a choisi d?aborder l?épineuse question : ?Communes, intercommunalités, départements, régions : que faire ensemble ?? dans le cadre d?un colloque qui s?est déroulé vendredi dernier.


Le célèbre "millefeuille français" n'a pas fini d'alimenter les débats. Pour le rendre moins indigeste, le nouveau projet de loi sur la décentralisation devrait clarifier les missions de chaque collectivité afin d'éviter les doublons et, donc, temps de crise oblige, la dispersion des deniers publics.

Outre la suppression du conseiller territorial que voulait instituer Nicolas Sarkozy, un élu unique siégeant à la fois aux conseils général et régional, l'acte III de cette loi donnerait aux Régions une primauté pour le développement économique du territoire en pilotant les politiques de l'emploi, de la formation et du soutien aux PME. "Actuellement, il existe une cohabitation forcée entre les collectivités et les entreprises, qui n'ont ni les mêmes buts ni les mêmes attentes, estime Laurent Granier, directeur général de la Compagnie des contractants régionaux (groupe GSE).Quand une entreprise doit s'implanter sur un territoire, elle ne sait pas à qui s'adresser et finit par externaliser ces démarches à un cabinet conseil pour demander des aides publiques ! Il faut un maillon unique pour le développement économique. Le plus pertinent est la Région".


Pas forcément cohérent pour Jean Gatel, ancien ministre et directeur du service économique au Conseil général de Vaucluse, qui regrette une loi "qui sépare les collectivités en charge du développement économique et celles qui font de la réparation sociale", en l'occurrence les Départements.

Une idée fait son chemin : "Les collectivités doivent adopter les mêmes méthodes que celles du monde de l'entreprise, souligne Edwige Avice, directrice du Bureau d'information et de prévisions économiques. Elles doivent mettre en place un projet et établir une stratégie pour le mener à bien".

Une des clés du développement économique d'un territoire repose ainsi sur les pôles de compétitivité qui ont la vertu de décloisonner le triangle "Université, entreprise, collectivité".

Autre booster du développement territorial : la culture. "Ce n'est pas un coût mais un investissement, indique Laure Kaltenbach, directeur général du Forum d'Avignon, un laboratoire d'idées sur les liens entre culture et économie. Une de nos études a démontré qu'un euro de dépense culturelle investi par une ville se traduit par 33 euros de PIB supplémentaires par habitant. Les collectivités se doivent de mettre en place une stratégie culturelle".

Investir dans la culture deviendrait bel et bien un placement lucratif. "Les grands rendez-vous culturels attirent les élites et les décideurs, rappelle Patrick Canac, vice-président du Cercle des entrepreneurs d'Avignon. Il ne faut pas oublier qu'il y a une part d'irrationnel dans le choix d'une décision : si des entrepreneurs se rencontrent lors du Festival d'Avignon, qu'ils parlent d'un projet, c'est peut être là qu'ils décideront de le mettre en œuvre".


Pauline Pratelli-Rugieri


Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :