Lutz Bertling quitte Eurocopter

 |   |  726  mots
C'est quand même inattendu. Après 6 ans passés à la tête de l'hélicoptériste, basé à Marignane, l?actuel patron d?Eurocopter rejoint Bombardier Transport. Guillaume Faury, qui a exercé plusieurs responsabilités chez Eurocopter entre 1998 et 2008, lui succède à partir d?avril.


Il y a quelques mois, on le disait déjà sur le départ. Des rumeurs vite balayées, Louis Gallois, alors président exécutif d'EADS, l'ayant confirmé à son poste. Cette fois, c'est officiel puisque la filiale d'Eads fait valoir par un communiqué qu'il "a récemment exprimé le souhait de quitter le groupe pour poursuivre sa carrière professionnelle en Allemagne". Lutz Bertling quittera son poste à partir du 1er avril pour présider et diriger l'exploitation de Bombardier transport. Établie à Berlin, la division fabrique du matériel roulant ferroviaire (trains, autorails, tramways ...), des parties (bogies ...) et des systèmes de sécurité ferroviaire. Elle a notamment équipé en matériel roulant les métros de Toronto, de New York, de Londres, et de Montréal..."Nous lui devons beaucoup, a exprimé le président exécutif d'Eads, Tom Enders. Durant six ans et demi à la tête d'Eurocopter, il a su piloter l'entreprise avec succès à travers une période marquée à la fois par une forte croissance et une profonde crise économique internationale. Au cours de son mandat, Eurocopter est devenu plus international et innovant, et globalement plus compétitif".

70% à l'international
Sous sa direction, la filiale hélicoptères d'Eads, qui revendique 33 % de PDM mondial sur le marché civil, est passée de 9 000 à 13 000 personnes. Elle est, au même titre qu'Airbus, l'une des divisions les plus dynamiques d'Eads avec ses programmes Super Puma, Ecureuil, NH90 et Tigre. La filiale a dégagé en 2012 un chiffre d'affaires de 6,3 Mds €, en croissance de 15 % (70 % des ventes à l'international). Les entrées de commandes se sont établies à 5,4 Mds € (469 appareils) alors que 475 ont été livrés. Les revenus annuels sont composés à 49 % des hélicoptères livrés, à 42 % par les activités de support et à 9 % par les activités annexes. Parmi les éléments marquants de ces deux dernières années, figure notamment l'acquisition de la société canadienne Vector Aerospace (460 M$), pour servir ses activités de support sur les marchés civils mais aussi renforcer sa présence en Amérique du Nord et au Royaume-Uni. Par ailleurs, l'entreprise de Marignane a formalisé avec le Kazakhstan le périmètre industriel et commercial de l'assemblage des EC145, sa famille "best-seller".


Concept d'appareil hybride à grande vitesse et à large rayon d'action

En terme d'innovation, elle est notamment engagée sur le renouvellement de ses familles et sur un nouveau concept d'appareil hybride à grande vitesse et à large rayon d'action qui vise le transport offshore, la recherche et le sauvetage (X3 en cours de validation, développement du X4, premier appareil d'un concept de famille de nouvelle génération qui sera suivi par les X6 et X9 à intervalle de deux ans). Eurocopter a également présenté en 2011 pour la première fois son EC175, un hélicoptère biturbine de la classe 7 tonnes développé en collaboration avec l'industriel chinois Avic, dont les livraisons doivent désormais monter en puissance. Lutz Berling, qui aurait prévenu les employés du groupe en envoyant un mail, est aussi l'orchestre du nouveau centre de développement, construit à proximité des lignes de montage de son site de Donauwörth en Allemagne. Un bâtiment de 30 000 m² qui regroupera plus de 900 collaborateurs sur un même site. L'investissement fait partie du plan 2010-2014 d'1,3 Md € consenti à la R&D. Toutefois, il a son passif la renégociation d'une série de contrats notamment militaires (NH90) avec des États clients, qui s'est soldée par une provision de 100M € en 2012.


Retour à la "maison"
Guillaume Faury (45 ans), qui a notamment été ingénieur en chef du programme EC225 (dont la version civile rencontre aujourd'hui des aléas techniques), puis vice-président des programmes commerciaux et de la R&D chez Eurocopter (entre 1998 et 2008), assurera la relève à compter du 1er avril. La presse spécialisée ne se prive pas d'observer qu'il s'agit du 2e poste clé (avec Fabrice Brégier à la tête d'Airbus) que Paris récupère. Au détriment de Berlin. Mais aussi que son départ d'Eurocopter en 2008 avait été lié à Lutz Bertling. Il était depuis 2009 responsable de la R&D chez PSA Peugeot Citroën.  Il passe aux commandes à un moment stratégique pour l'hélicoptériste engagé dans de nombreux programmes mais aussi dans une conjoncture économique particulièrement difficile, restrictions budgétaires obligent.


A.D

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :