MIOS fait appel au marché pour se donner une force de frappe commerciale

 |   |  480  mots
L?entreprise aixoise MIOS vient de lever 1,5 M? auprès des fonds d?investissement Amundi PE et Siparex Ventures pour assurer ses développements commerciaux en France et à l?international.


« L'enjeu, c'est de démocratiser les solutions machine to machine qui gèrent la communication d'appareils aux protocoles différents. Sur un marché mondial très fragmenté, mais de plusieurs millions d'unités qui va de la télérelève à la télésurveillance, notre gamme de produits offre une grande facilité de mise en œuvre à l'installation et en cours d'exploitation. Notre gamme est compatible avec la plupart des logiciels utilisés par les gestionnaires d'entreprises et ne nécessite pas de développer des applicatifs spécifiques. L'innovation de ce produit réside précisément dans sa compatibilité », explique Xavier Bon, le dirigeant de MIOS (21 personnes, 300 000 € de C.A), société d'électronique et d'informatique spécialisée dans le développement de solutions logicielles pour les applications liées à la mobilité des personnes et des objets.
C'est pour assurer le développement commercial de son produit phare - la MIOSBox - et « le décollage économique de l'entreprise », que la société aixoise avait besoin d'un coup de pouce financier.
MIOS a conçu une nouvelle gamme de boîtiers intelligents capables de dialoguer en totale interactivité avec tout types de capteurs et d'équipements analogiques ou numériques via différents réseaux (GPRS, GSM, Internet, téléphonie...). Ils permettent de gérer à distance via IP tout autant la sécurité d'un oléoduc, d'un tunnel routier, ou d'un site industriel et de ses travailleurs isolés, que de piloter l'optimisation énergétique d'un hôpital ou d'une école et d'en assurer la traçabilité. « La palette des applicatifs est très large. La gamme MIOSBox assure par exemple le contrôle d'accès et la gestion globale du siège social d'une grande banque nationale, la sécurité du plus long tunnel routier européen, le Fréjus, ainsi que celle de nombreuses autoroutes et sites en France et à l'étranger. Au Brésil, nous avons remporté le marché de surveillance de deux gazoducs en cours de construction de la compagnie gazière Petrobras », précise le dirigeant, qui a notamment au cours de son parcours présidé aux ventes de ST Microelectronics et fut directeur commercial chez Gemplus avant d 'acquérir MIOS puis Tourret Electronique, regroupés au sein du groupe Mobilitech.
Avec cet appel d'air financier, la filiale du groupe va créer un bureau à Paris, et se positionner à l'international, notamment en Europe de l'Est, Maghreb, Brésil et Asie du Sud-Est. Elle vise 4 à 5000 ventes de ses unités (en moyen de gamme) en 2011 et de 8 à 10 000, en 2012. MIOS a réalisé chiffre d'affaires en augmentation de plus de 30% par an ces trois dernières années et prévoit un doublement pour 2011.


A.D

Photo : Xavier Bon, dirigeant de Mios : « Au Brésil, nous avons remporté le marché de surveillance de deux gazoducs en construction de la compagnie gazière Petrobras »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :