Marseille : Baisse record des mises en vente de logements neufs

 |   |  437  mots
Le constat est difficile à admettre pour les représentants de la Fédération des promoteurs immobiliers de Provence. Les mises en vente dans le neuf ont reculé de 52% à Marseille.

Le constat est difficile à admettre pour les représentants de la Fédération des promoteurs immobiliers de Provence. Les mises en vente dans le neuf ont reculé de 52% à Marseille.


Il y a eu 800 logements mis en vente au premier trimestre en 2011 contre 1670 comptabilisés à la même période en 2010. Une baisse qui, selon la Fédération, ne permet pas de reconstituer une offre suffisante pour répondre aux besoins du marché. Le stock actuel de 37 000 unités ne représente que 7,3 mois de vente. Pour autant, les prix sont cependant stables depuis le 4ème trimestre 2010. Les raisons de cette tendance sont simples selon la FPI.


L'absence du foncier public (vente par l'État de terrains) induit un délai de production plus long (1 an pour une opération sur terrain public, 3 à 4 ans sur terrain privé). "Les ZAC nous permettraient d'aller plus vite puisqu'elles sont purgées de la procédure de recours de tiers", annonce Patrick Alary, président de la FPI Provence.


Autre désavantage, les zones d'activité en question manquent d'équipements. "Il manque des voies principales, des réseaux d'assainissement, des crèches, des écoles et ces équipements sont du ressort des maires d'arrondissement".
Cette baisse des mises en vente exerce une pression sur l'offre commerciale et une tension sur les prix, même si "les produits se commercialisent quand même", affirme Cyril Simon, vice-président de la FPI Provence. "Nous perdons en revanche l'attrait du neuf. Les stocks n'ont pas été réalimentés et a fortiori, le niveau est bas avec 8 mois de visibilité".


Dernier point, plus institutionnel, les suppressions des dispositifs d'aide aux primo accédants (Pass foncier, Loi Tepa, Prêt à Taux Zéro doublé), ou encore la disparition dans le Chèque Premier Logement du parking, ont entraîné une baisse de la demande par rapport aux années précédentes. "Nous souhaitons que la dynamique créée par la loi Scellier et les autres dispositifs ne soit pas cassée. Il faut améliorer le dispositif PTZ+ en modifiant notamment les seuils d'admissibilité afin qu'ils soient plus en adéquation avec les conditions socio-économiques de la population locale", exhorte le président de la FPI Provence.


Geoffroy Toche

Photo : Cyril Simon, vice-président de la FPI Provence suivi de Patrick Alary président de la FPI Provence

Repères chiffrés
La FPI Provence compte 36 adhérents
Le secteur Provence se répartit sur les zones : Var Ouest, Bouches-du-Rhône, Vaucluse, l'aire avignonnaise et les départements alpins
La fédération représente environ 70% de la production de logements neufs sur la zone

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :