Montebourg vs Booking : l'UMIH satisfaite

 |   |  440  mots
L'annonce de l'assignation de la société de réservation en ligne par le Ministre de l'Économie devant le Tribunal de commerce de Paris satisfait les professionnels de l'hôtellerie de la région. La problématique des plateformes en ligne avait déjà été abordée lors du congrès national de l'Union des Métiers et des Industries de l'Hôtellerie qui s'est tenu à Cannes en novembre dernier.

Si Sylvia Pinel, alors ministre en charge de l'artisanat, du commerce et du tourisme ne les avait pas entendus lors du Congrès annuel de l'Union des Métiers et des Industries de l'Hôtellerie à Cannes en novembre dernier, le gouvernement, par la voix du nouveau ministre de l'Économie, semble finalement ne pas avoir été insensible aux arguments de la profession hôtelière. En assignant la plateforme de réservation en ligne Booking, Arnaud Montebourg compte mettre de l'ordre dans les clauses tarifaires appliquées aux hôteliers, notamment celle qui leur interdit de proposer des tarifs plus attractifs que le site.

Booking button, source d'appauvrissement

Déjà en avril dernier, le syndicat professionnel UMIH s'était ému du Booking button, une fonctionnalité que la plateforme proposait d'intégrer gratuitement sur le site Internet des hôtels sauf que ce bouton "est en réalité une source d'appauvrissement pour les hôteliers", souligne le syndicat, "le client arrivant, au prix de nombreux efforts, à réserver en direct sur le site de l'hôtel est, avec cette fonctionnalité, redirigé vers le moteur de réservation Booking.com, laquelle va donc capter la clientèle naturelle de l'hôtelier et lui proposer des hôtels et des hébergements concurrents".

Pas question de ne plus travailler avec les Online Travel Agency

Pour Michel Chevillon, "cette assignation montre que les politiques comprennent enfin nos problématiques". Mais pour le président UMIH 06, pas question de ne plus travailler avec les OTA (Online Travel Agency) : "nous allons continuer à collaborer ensemble mais il faut en finir avec ses clauses abusives. Elles sont contraires à toute logique commerciale car elles ne permettent pas à l'hôtelier de pratiquer la politique tarifaire qu'il entend. Il faut donner le choix au client de passer soit par une centrale de réservation soit par l'hôtelier directement. Désormais nous allons gagner en compétitivité".

Profession très réglementée

Jean-Pierre Ghiribelli veut voir plus loin et considère qu'Arnaud Montebourg, avec cette initiative, "prend un engagement à l'égard de la profession". Pour le président de l'UMIH 83 et de l'UMIH Paca (5 044 entreprises adhérentes), "notre profession est l'une des plus réglementées de France et nous avons besoin d'actions concrètes pour nous aider à bien travailler. Nous souhaitons par exemple avoir un interlocuteur dédié par département sur les problématiques sociales, les normes de sécurité ou les aménagements handicapés ou encore uniformiser la réglementation sur le bruit bien souvent fantaisiste".

Laurence BOTTERO et Charlotte HENRY

Photo : L'initiative d'Arnaud Montebourg a été très appréciée par les représentants locaux de l'UMIH.

©amet

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :