Municipales Alpes-de-Haute-Provence : Aucune perte majeure pour le PS

 |   |  366  mots
Comme en 2008, la proximité a prévalu sur la politique nationale dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le fameux vote sanction a sans doute coûté quelques belle frayeurs à certains maires socialistes ou divers gauche mais, finalement, aucune perte majeure n?a été enregistrée.

Christophe Castaner (PS), député de la deuxième circonscription et maire de Forcalquier, s'en sort donc avec un très gros avertissement puisqu'il conserve le poste pour seulement 22 voix face à un jeune loup de l'UMP, Sébastien Ginet, âgé de 24 ans ! Rien à voir avec l'ancien député de la circonscription qui, lui, n'a aucun mal à conserver la mairie de Sisteron : Daniel Sagnou (UMP) a été réélu pour la 6e fois avec, cette fois, 70,35 % des suffrages : son meilleur score.


Manosque : Bernard Jeanmet rempile à 76 ans
À Manosque, Bernard Jeanmet a permis à l'UMP de garder la plus grande ville du département. À 76 ans, il est même parvenu à s'imposer dès le premier tour alors que quatre listes étaient engagées (FN, Front de Gauche, PS et UMP). Maire de Manosque depuis 2001, l'actuel président de la communauté d'agglomération DLVA (Durance Luberon Verdon) devrait logiquement conserver ce mandat puisque les rares changements enregistrés dans les 26 communes de l'agglomération lui sont plutôt favorables. C'est le cas notamment à Pierrevert où la maire sortante divers gauche, qui comptait parmi les rares opposants de l'agglomération, a été détrônée par André Mille, divers droite et soutenu par ... le maire de Manosque.

Deux femmes pour la bataille à Digne

À Digne-les-Bains, deux femmes étaient en lice pour décrocher la ville : la DVG Patricia Granet et la FN Marie-Anne Baudoui-Maurel. Le député bas-alpin, Gilbert Sauvan (PS), également président du Conseil général, a apporté son soutien entre les deux tours à Patricia Granet afin que le FN ne remporte pas la ville. La fusion des deux listes de gauche a donc eu raison des ambitions de Marie-Anne Baudoui-Maurel qui, après avoir terminé en tête du 1er tour, se contente d'une deuxième place avec 33,4 %, loin devant les 19,62 % du candidat UMP, Christian Barbero. Avec 46,98 %, Patricia Granet succède donc à Serge Gloaguen (qui n'était pas candidat) et permet à la ville préfectorale de rester à gauche. Sa liste rafle ainsi 25 sièges au Conseil municipal tandis que le FN et l'UMP y auront respectivement cinq et trois représentants.


Damien FROSSARD


Photo : À Manosque, Bernard Jeanmet a permis à l'UMP de garder la plus grande ville du département.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :