NiCox : Passage à l'ère commerciale

 |   |  382  mots
Spécialisée dans le domaine de l'ophtalmologie, la société installée à Sophia-Antipolis concentre ses investissements sur le commercial et prévoit de mettre sur le marché certains produits en Allemagne et aux États-Unis. D'éventuelles acquisitions et prises de licences sont également en cours de discussion.

2013 aura été l'année du passage à l'étape commerciale pour NiCox. Créée en 1996, la société spécialisée en ophtalmologie a profité des douze derniers mois pour mettre en place son organisation commerciale aux États-Unis ainsi que dans quatre des cinq principaux marchés européens, que sont la France, l'Italie, l'Allemagne, l'Espagne et le Royaume-Uni. "Nous avons également développé notre présence à l'international au travers d'accords de distribution avec des partenaires de qualité", résume le P-d.g Michele Garufi. La société a en outre acquis, en décembre dernier, une homologue italienne Eupharmed pour un montant de 3,5 M€, lui permettant d'empocher un portefeuille de produits oculaires mais aussi d'une plateforme de vente et de marketing dans un pays où elle dispose d'un centre de recherche basé à Milan.

Gamme couvrant toutes les facettes de l'œil sec

Ciblant quatre domaines thérapeutiques majeurs - le glaucome, la sécheresse oculaire, l'infection oculaire et la dégénérescence maculaire liée à l'âge - la société de Sophia a prévu plusieurs mises sur le marché. Ainsi Adeno Plus (dispositif médical qui permet de faciliter le diagnostic différentiel de la conjonctivite aiguë) et Xailin (marque de lubrifiants oculaires) seront lancés en Allemagne au second trimestre tandis qu'au même moment le RetnaGene (test le laboratoire pour détecter les DMLA précoces ou intermédiaires) sera lancé aux États-Unis. En ce qui concerne Xailin, deux produits sont aujourd'hui commercialisés, une pommade lubrifiante multidoses et un collyre unidose, mais d'autres produits viendront compléter la gamme afin de couvrir à terme toutes les facettes de l'œil sec.

Traitement du glaucome
NiCox place de forts espoirs sur les résultats de la phase 3 du Latanoprostene bunod, molécule ayant montré des résultats satisfaisants en ce qui concerne le traitement du glaucome et de l'hypertension oculaire. Des résultats qui ne seront pas connus avant le quatrième trimestre. La société a par ailleurs annoncé ses résultats financiers avec un chiffre d'affaires 2013 à 700 K€ contre 7,6 M€ l'exercice précédent, qu'elle justifie par les investissements commerciaux. NiCox emploie 140 salariés dans le monde dont 25 personnes à Sophia Antipolis et  consacre 17 % de son CA à la R&D.

L. BOTTERO
Photo : Michele Garufi, P-d.g de NiCox

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :