Nice-Matin : Le faux plan

 |   |  332  mots
Le président du Groupe Hersant Media (GHM) Philippe Hersant devait dévoiler ce lundi 7 octobreaux syndicats le plan de développement et de restructuration. Seul un plan de réorganisation des services a été présenté. Il a néanmoins été précisé qu'un allégement de charges salariales de 14 M? était envisagé.

Telle Sœur Anne, les employés du groupe Nice-Matin ne voient toujours rien venir. Rassemblés et mobilisés ce lundi, les syndicats attendaient de pied ferme le fameux plan à deux têtes - un plan de restructuration et un plan de développement stratégique - que devait leur présenter Philippe Hersant. Or le plan présenté n'est, selon les syndicats, en rien comparable à ce qui avait été annoncé lors de la précédente réunion voici une quinzaine de jours. Il ressemblerait davantage à une réorganisation des services. Il leur a néanmoins été précisé qu'un allégement des charges salariales de 14 M€ était nécessaire ce qui correspondrait à une suppression de 180 à 200 postes.


En attendant des investisseurs

Mais ce qui contrarie également les représentants syndicaux, c'est la petite précision apportée par le président du Groupe Hersant Media (GHM) : les investisseurs potentiellement pressentis pour investir ne sont en fait que des marques d'intérêt manifestées par certains. Autant dire que cela change considérablement la donne. Et ce qui ne va pas calmer la colère ressentie par les salariés du groupe depuis vendredi, lorsque l'éventualité d'une reprise totale de Corse Matin par Bernard Tapie (qui détient 50 % des parts, le reste par GHM) a été avancée. Or le titre corse est rentable. Il apporte même 2 à 3 M€ de remontées annuelles dans la trésorerie du groupe niçois. "Si nous n'avons plus Corse Matin, cela signifie une trentaine de suppressions d'emplois supplémentaires" précisent les syndicats. De même, un investissement de 7,5 M€ a été annoncé, injection financière "dont on ne sait d'où elle va provenir" s'inquiètent les représentants syndicaux. Un comité d'entreprise est programmé le 14 octobre. Le plan présenté ce matin devrait être validé à ce CE. Un calendrier que les syndicats refusent. Leur va-tout ? Une rencontre avec Arnaud Montebourg qui se serait dit prêt à les recevoir.


L.BOTERRO

© F.Groué

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :