Nice repense son Carnaval

 |   |  282  mots
Trop policé, pas assez caustique, le Carnaval de Nice aurait perdu au fil du temps son caractère impertinent. L?office du tourisme et des congrès entend rapidement rectifier le tir.

La fréquentation est en hausse, les recettes aussi, mais l'âme du Carnaval s'est peu à peu envolée. "Depuis une dizaine d'années, la manifestation se veut plus consensuelle, reconnaît Denis Zanon, directeur de l'OT de Nice. Par principe de précaution vis-à-vis des gouvernances locale et nationale, nous avons abandonné notre dimension humoristique et satirique". Erreur d'aiguillage qui, si elle n'implique pas de conséquences financières, ternit la réputation et l'image du Carnaval.

"Fort heureusement, le nombre de visiteurs a continué à croître, indique Denis Zanon. Cette année, 192 576 tickets ont été édités, soit une hausse de 4,6%. Les recettes ont suivi cette même tendance atteignant plus de 2,4 M€, soit 3,3% de plus qu'en 2011". Les commandes individuelles étant toujours majoritaires par rapport aux groupes.

"Notre budget, issu des subventions publiques, est resté identique aux années précédentes. Un investissement total de 7 M€ a permis de générer des retombées directes et indirectes estimées entre 30 et 33 M€. La vente de produits dérivés a toutefois plongé de moitié, preuve qu'en cette période de crise, les ménages réduisent les dépenses annexes".

"80% des visiteurs du Carnaval sont Français. Parmi eux, 60% résident hors de la région PACA, détaille le professionnel du tourisme. Les 20% restants se composent principalement d'Italiens, d'Anglais et d'Allemands".

Convaincu qu'un positionnement différent donnerait au Carnaval une plus grande reconnaissance -sans déstabiliser pour autant son public actuel -, Denis Zanon annonce une édition 2013 plus "impertinente". Ayant pour thème les cinq continents, celle-ci pourrait revenir aux fondamentaux de l'événement et égratigner les puissances et l'establishment.

PH

Photo : © J.Kelagopian/OT Nice

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :