OSEO, l ? entreprise qui ne connaît pas la crise

 |   |  552  mots
À douter qu?il y ait crise. L?organisme, qui soutient le financement de l?innovation en entreprises et garantit des prêts bancaires, sort d?une année au bilan flatteur. En 2011, OSEO PACA a soutenu près de 7 000 entreprises qui ont obtenu, par effet de levier, 2,110 milliards d?euros de financements publics et privés.

Un bilan à relativiser toutefois : la banque, pas comme les autres, (filiale à 68% de l'État, 25% Caisse des Dépôts et consignations et le solde par des partenaires bancaires) a pour clientèle des entreprises qui innovent et qui exportent. Aussi, Oseo privilégie les entreprises avec une meilleure qualité financière...

"Nous avons accordé, toutes filières confondues 1,049 milliard d'euros en 2011, en croissance de 6% mais, tempère Jean-Marie Suquet, directeur régional, avec un ralentissement sur le dernier trimestre. Nous avons pour 150 M€ de dossiers que nous avons acceptés de financer mais bloqués car le chef d'entreprise préfère attendre avant d'investir".

Si les montants alloués (62M€ par Oseo, 167 M€ avec effet d'entraînement) aux entreprises qui innovent (261 dossiers) sont en progression de 25%, ils s'expliquent par la "concrétisation de quelques dossiers dans le cadre des innovations stratégiques industrielles (ISI) et investissements d'avenir". Sur l'enveloppe de 35 mds€, allouée par l'État, pour "préparer la France de demain", 2,4 mds€ ont été confiés à Oseo.

Sur le total des aides à l'innovation, les investissements d'avenir et les ISI représentent respectivement 44 et 17 M€ (Oseo + banques).

Le retrait des fonds alloués en garantie (-20%, 582 M€ pour le total des financements accordés) s'expliquerait, selon le directeur régional, par la fin du plan de relance. "C'est bon signe car cela signifie que les banques jouent à nouveau leur rôle et que les trésoreries se sont améliorées".

Quant au financement de l'investissement (852 M€), il a été notamment profité à la filière photovoltaïque, "dont les montants alloués sont en progression de 20% avec 70M€ contre 6M€ l'an dernier".

Mais la principale information - sur laquelle on escomptait des précisions - demeure la cré́ation d'OSEO Industrie, qui sera une filiale à 100% de l'entreprise publique. Jean-Marie Suquet n'a fait que confirmer ce qu'avait révélé François Drouin, le patron national d'Oseo, quelques jours auparavant.

Dotée d'un milliard d'euros de fonds propres (Oseo est jusqu'alors dotée de 2 milliards de capitaux propres), la nouvelle entité, voulue par Nicolas Sarkozy pour faire émerger un plus grand nombre d'entreprises de taille intermédiaire, aura une capacité effective de prêts de 12 milliards. Et avec le concours des banques privées partenaires, les prêts débloqués pourraient atteindre 25 mds€. Il s'agira de prêts de longue durée considérés quasiment comme des fonds propres (et non comme une dette). Ni garantie ni caution ne seraient demandées aux industries intéressées.

Nulle précision en revanche sur la provenance de cette manne subite : réaffectation de certaines lignes de crédits ou transfert d'autres programmes d'actions pilotés par Oseo ou son actionnaire, la Caisse des dépôts et consignations ?

Le financement des PME est bel et bien devenu un enjeu de la campagne. L'annonce gouvernementale a suivi de peu l'idée exprimée par le candidat socialiste de création d'une banque publique d'investissement de 20 mds€ de capitaux propres.

A.D


Ndlr :
Au niveau national, le groupe financier public a aidé, en 2011, 84 000 entreprises, soit une progression de 5% sur un an. Elles ont reçu au total 31 mds€ et ont dégagé une activité en hausse de 4,7%.


Photo : un bilan flatteur en partie lié à une clientèle à la bonne qualité financière

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :