Opération de croissance externe en vue pour la CEPAC

 |   |  531  mots
La CEPAC pourrait reprendre les participations de BPCE International et Outre-Mer au sein de la Banque de la Réunion, de la Banque des Antilles françaises et de la Banque de Saint-Pierre-et-Miquelon à la Caisse d?Epargne Provence-Alpes-Corse. Si le projet aboutit, la CEPAC devrait voir sa taille croître de 25%. L'opération pourrait être finalisée dans le courant du premier semestre 2015.

Le projet a été annoncé le 1er octobre 2014 aux comités d'entreprise de BPCE International et Outre-Mer (BPCE IOM*), de la CEPAC et des entités concernées par le projet. À l'issue des procédures d'information-consultation des comités d'entreprise, et sous réserve d'accord des parties concernées, le groupe BPCE (19 Banques populaires et 17 caisses d'Épargne; Crédit Foncier ; Natixis), céderait à la CEPAC ses participations au sein de la Banque de la Réunion, de la Banque des Antilles françaises et de la Banque de Saint-Pierre-et-Miquelon.

Une opération non anodine pour l'un des premiers établissements bancaires du territoire puisque qu'il verrait son territoire s'élargir vers Saint-Pierre et Miquelon, la Guyane, Mayotte, Saint-Barthelemy et Saint-Martin. Au final, la CEPAC, qui couvre à ce jour quatre départements en PACA et deux en Corse, auxquels s'ajoutent la Réunion, Guadeloupe et Martinique, devrait ainsi voir sa taille croître de 25%. Une pertinence logique selon Alain Lacroix, président du directoire de la CEPAC : "Durant ces cinq dernières années, la CEPAC a conduit un projet de développement ambitieux aux Antilles et à La Réunion", explique-t-il, sachant, qu'en s'associant aux banques qui la rejoindraient, la CEPAC s'arrogerait  une position de co-leader sur ces marchés.

Modalités

BPCE IOM déposerait dans ce cas une OPA simplifiée - suivie, en cas de succès, d'un retrait obligatoire - sur les actions cotées de la Banque de la Réunion, au prix (à préciser) de 142,6 euros par action, représentant une prime de 34 % sur le cours de clôture de l'action au 1er octobre 2014. "Par rapport aux moyennes de cours 1 et 3 mois pondérées par les volumes avant cette date, les primes s'élèveraient respectivement à 35 % et 46 %." Sous réserve de l'obtention des autorisations requises et des procédures, la finalisation de l'opération pourrait intervenir au premier semestre 2015


Complémentarités à capitaliser

Selon les initiateurs du projet, ce projet permettrait "de structurer la présence du groupe en Outre-Mer zone euro autour de ses deux grands réseaux (Banques populaires et les Caisses d'épargne) ; de capitaliser sur les fortes complémentarités existantes entre la CEPAC et les banques reprises (clientèle, fonds de commerce et implantation géographique), de leur donner les moyens d'investir dans leur dispositif organisationnel et technologique afin de faire face aux enjeux digitaux de demain et de recentrer BPCE IOM sur la banque de proximité à l'international", précise le communiqué. L'opération s'inscrit dans le cadre de la mise en oeuvre de son projet stratégique "Grandir autrement".

2 millions de clients
Le Groupe BPCE revendique 36 millions de clients avec un réseau de 8 000 agences, 115 000 collaborateurs et plus de 8,8 millions de sociétaires. La Caisse d'Épargne Provence-Alpes-Corse revendique 2 millions de clients et emploie 2 750 collaborateurs. Elle dispose sur son territoire de 268 agences et 10 centres d'affaires.




*BPCE IOM détient 100% du capital et des droits de vote de la Banque des Antilles Françaises ; 88,9% du capital et des droits de vote de la Banque de la Réunion (société cotée au marché Euronext Paris - Compartiment C) ; et 86,2% du capital et des droits de vote de la Banque de Saint-Pierre-et-Miquelon.





Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :