Pascal Picq : "Nous avons un déficit de culture entrepreneuriale"

 |   |  804  mots
Pascal Picq, paléontologue au Collège de France, était l'invité du Forum Var Ecobiz ce 18 novembre sur le thème de l'innovation. L'occasion de livrer ses réflexions? Morceaux choisis.

Sa conférence, « Un paléoanthropologue en entreprise : s'adapter et innover pour survivre » (livre publié en 2011 aux éditions Eyrolles), a dévoilé les mécanismes universels de l'innovation et ceux qu'une entreprise devrait adopter pour s'adapter et évoluer dans le contexte de notre société moderne. Il répondait à l'invitation de la CCI du Var, organisatrice de la manifestation qui a réuni plus de 800 chefs d'entreprise au Palais Neptune à Toulon.

La crise : "Nous sommes dans une situation inédite dans l'histoire de l'humanité et d'un coup il faut comprendre que l'on ne peut pas continuer comme ça. On fustige l'euro fort, la mondialisation, les Chinois mais les changements que l'on subit viennent des gens qui ont inventé de nouvelles technologies et de nouveaux systèmes qui modifient notre fonctionnement."

La croissance : "Le problème aujourd'hui n'est plus celui de la croissance. Aux Etats-Unis, la croissance repart mais elle n'est plus du tout couplée à l'emploi".

La décroissance : "Ceux qui parlent de décroissance ont encore moins compris ce qui se passe. Ce n'est pas une crise où après une bonne fièvre ça repart comme avant. Nous changeons de cycle, de système. Nous n'avons pas la solution et je trouve ça génial !"


Paraboles de la girafe et du tournoi sportif

Demain : "Nous entrons aujourd'hui dans une phase de destruction créatrice et le monde de demain sera celui de l'entrepreneuriat."

L'innovation : "L'innovation est une invention concrétisée par une entreprise"

L'innovation version girafe : "L'innovation active consiste à innover sur des marchés déjà établis : c'est la parabole de la girafe. Comme la couronne des arbres devient de plus en plus haute, le cou des ancêtres de la girafe s'est allongé et le caractère acquis est transmis à la génération suivante... C'est la théorie de Lamarck. Là, la France et l'Allemagne sont les championnes. Vous avez remarqué, d'ailleurs, comment, en France, les acquis s'accumulent sans jamais être négociés ?"

L'innovation version tournoi sportif : "L'autre théorie est celle de Darwin et de Wallace, selon laquelle dans l'histoire de l'humanité, toute différence est une potentialité pour l'innovation et l'adaptation. Tout système qui se compose d'acteurs différents, dont l'effectif a tendance à augmenter et dont les ressources externes viennent à se limiter doit s'adapter. C'est ce que l'on appelle l'algorithme darwinien. Quand les conditions sont réunies ça s'active, mais on ne sait pas où on va. C'est un peu comme dans un tournoi sportif. On sait qu'il y aura un gagnant et un perdant mais l'on ne sait pas qui. Sauf peut-être si c'est Rolland Garros et que Nadal est en finale..."

Éléphant : "Si l'on prend les sociétés françaises du CAC 40, aucune n'a été créée il y a moins de 50 ans. Idem en Allemagne. Nous avons de gros éléphants dans les domaines classiques que sont les avions, les voitures, les routes, le béton, la chimie... nous sommes bons pour allonger le cou de la girafe. Mais pourquoi n'est-on pas capable de faire émerger un Google, un Amazon ou un Facebook ? Parce que nous avons un déficit de culture entrepreneuriale".

Sans échec, pas de réussite

Principe de précaution : "Notre société n'accepte pas la vision des essais et des risques. Et en plus on a le principe de précaution, qui fait qu'avant même d'avoir commencé, on a déjà tous les emmerdements".

Échec et réussite : "La seule façon de réussir face à un monde complexe dont personne ne comprend les enjeux, c'est d'entretenir la diversité, avoir la culture de l'essai et de l'erreur et comprendre que sans échec il n'y a pas de réussite".

Investissement : "Les financiers et actionnaires doivent comprendre qu'il faut intégrer un capital risque. On investi dans 10 projets, 3 vont marcher et sur la globalité on va y gagner. Chez Darwin, c'est toujours l'espèce qui gagne, pas l'individu".

Reproduction : "Pourquoi monte-t-on dans un avion par la porte de gauche ? Parce que les cavaliers montaient sur leurs cheveux à gauche ! On a oublié que l'on vit sur des adaptations du passé, on reproduit le même truc sans se poser de question. Par exemple, est-il logique de partir tous les matins à 7h pour aller travailler et se coller dans les bouchons ?"

RSE : "Toutes les entreprises qui ont des objectifs sociétaux et environnementaux gagnent en productivité et sont plus résistantes".

Philosophie : "Comme le dit Francesco Savater , la seule véritable entreprise de l'Homme est de s'inventer lui-même".

Charlotte HENRY

(1) Paléoanthropologue au Collège de France, Expert de l'Association Progrès du management, membre associé au Comité Médicis et à l'Académie des Entrepreneurs, Pascal Picq intervient depuis une quinzaine d'années dans le secteur de l'entreprise et contribue à l'introduction en France de la médecine évolutionniste.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :