Pôle Emploi : Le point avec Philippe Bel, le directeur régional, sur les chantiers en cours

 |   |  773  mots
En janvier, au niveau national, Pôle Emploi a signé une convention tripartite avec l?État et l?Unedic, précisant les nouvelles orientations de l?opérateur public. Personnalisation des services aux chômeurs, dématérialisation, spécialisation des agents? sont autant de pistes à l?étude. Rencontre avec Philippe Bel, directeur régional de Pôle Emploi Paca depuis octobre dernier.i : Le point avec Philippe Bel, le directeur régional, sur les chantiers en cours

En janvier, au niveau national, Pôle Emploi a signé une convention tripartite avec l'État et l'Unedic, précisant les nouvelles orientations de l'opérateur public. Personnalisation des services aux chômeurs, dématérialisation, spécialisation des agents... sont autant de pistes à l'étude. Rencontre avec Philippe Bel, directeur régional de Pôle Emploi Paca depuis octobre dernier.


Où en êtes-vous de la réorganisation des services ?
Je rappelle que la fusion ANPE-Assedic poursuivait trois objectifs : simplifier les démarches des demandeurs d'emploi en installant un guichet unique ; une indemnisation rapide et un meilleur suivi pour un retour à l'emploi plus rapide ; une offre rénovée pour recenser davantage d'offres auprès des entreprises. Nous avons rempli toutes ces missions. En 2011, en région, nous avons accueilli et informé 2,3 millions de demandeurs d'emploi, reçu 2,2 millions d'appels téléphoniques, traité 806 766 demandes d'allocations, soit 2,4 mds€ d'allocations versées en temps et en heure. Nous avons recueilli 305 700 offres d'emplois contre 257 215 l'an dernier, et ce dans une conjoncture économique très difficile. Est-ce à dire que nos services ont été plus efficaces ?

La rationalisation des sites est effective ?
Nous avions 71 agences dans la région en cible dont 8 spécialisées. Nous avons actuellement pour 73% des cas une solution immobilière. À terme, fin 2013, nous aurons 100 000 m2 de surfaces contre 120 000 auparavant.


Il était question un temps de réduire le portefeuille moyen des conseillers. Combien de dossiers gère actuellement un conseiller ?
Un agent a en moyenne 120 dossiers mais ce critère quantitatif ne veut rien dire car tous les demandeurs d'emploi n'ont pas besoin du même niveau de conseils personnalisés.

Comment va se décliner en région la convention tripartite que Pôle Emploi a signée avec l'État et l'Unedic ?
Nous allons le décliner en stratégie. Des groupes de travail ont été constitués en région. Il devrait être soumis au Conseil d'administration en mai. La personnalisation des services aux demandeurs d'emploi et aux entreprises ainsi que la territorialisation sont deux axes directeurs.

Quelle forme prendra la personnalisation du service ?
Le statut demandeurs d'emploi ou du RSA ne nous dit rien de l'employabilité de la personne. Sur 100 demandeurs, tous ne sont pas à la même distance d'un retour à l'emploi. La personnalisation du service consiste à prendre en compte les caractéristiques de chacun et à adapter l'accompagnement et la fréquence des entretiens aux besoins de la personne. L'on réfléchit également à dématérialiser certains services.
Nous avons par ailleurs bénéficié du renfort de 106 personnes en CDD de 12 mois (ndlr : une annonce faite en janvier notamment prévue pour l'accompagnement des chômeurs de longue durée).

Quelle est la part que vous consacrez à la formation par an ?*
Sur un budget annuel de 360 M€, je dépense 52 M€ en prestations d'accompagnement dont 38 M€ en formation soit 12 000 places achetées pour 263 000 demandeurs d'emploi. Mais je vous arrête tout de suite : ce sont des sommes sanctuarisées et qui ne feront pas les frais des mesures de rigueur. Le 8% d'économie que l'on me demande de faire doit être gagné sur le coût de fonctionnement.
Toutefois, ma stratégie en matière d'achat vise à un retour rapide à l'emploi. Je vais donc privilégier des sessions courtes permettant une adaptation rapide à un poste de travail par exemple et peu de formations qualifiantes.


Au niveau national, il y a eu 13 400 demandeurs d'emploi (catégorie A) de plus en janvier par rapport à décembre. Avec les catégories B et C (activité réduite), le nombre total s'élève à 4,25 millions. Comment se comporte la région en comparaison ?

Fin décembre 2011, ils étaient 263 806 en catégorie A, en croissance de 7% sur un an. Avec les catégories B, C, ils sont 367 093 (+6,9 % sur un an). Nous avons habituellement dans cette région un décalage par rapport à la tendance nationale liée à la nature du tissu économique ou plutôt à la faible part de l'industrie. Cette particularité joue le rôle d'amortisseur. Quand les autres sombrent, on coule moins vite mais on redémarre aussi moins vite.
En 2011, le nombre de demandeurs d'emploi inscrits depuis un an ou plus a augmenté de 10,8 % et de 20% pour ceux qui le sont depuis plus de deux ans. Les entrées ont augmenté au cours des trois derniers mois de +5,3 % par rapport aux trois mois précédents. Parallèlement, les sorties ont diminué de 2,1 %. Comme l'emploi se raréfie, les sorties se ralentissent et les entrées s'accélèrent.

Propos recueillis par Adeline Descamps

*Il n'y aurait que 10% des chômeurs (au niveau national) qui suivraient une formation


Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :