Premier pas vers la requalification de la Porte d ? Aix

 |   |  520  mots
L?acte de vente pour la future installation de l'Hôtel Toyoko Inn dans la Zac Saint-Charles à Marseille a été signé vendredi par le maire de Marseille et le président fondateur de la chaîne hôtelière japonaise Norimasa Nishida. Mais au-delà du paraphe, c?est à la fois le marqueur pour la requalification du quartier de la Porte d?Aix et le premier investissement en France du groupe nippon qui fait valoir de grandes ambitions.

Sérénité et sagesse. Deux vertus que l'on prête spontanément au pays du Soleil Levant. Il en aura fallu à Norimasa Nishida, le fondateur de la chaîne hôtelière Toyoko Inn, pour attendre l'extinction des nombreux recours déposés sur les permis de construire contre l'implantation de cet hôtel ** de 231 chambres sur une surface de 6 500 m² en R+7. Pour son premier investissement en Europe (20 M€), l'une des plus importantes enseignes hôtelières de son pays (250 établissements, parc de 50 000 chambres), présidée par la fille du fondateur, Maiko Kuroda, a du essuyer pas moins de trois années de procédures qui ont terminé leur parcours devant le Conseil d'État.


Marseille, base de son développement en Europe

Pour autant, elle a confirmé vendredi faire de Marseille la base de lancement de son déploiement en Europe (elle est également sur un autre projet à Francfort également compliqué par des procédures) sans exclure d'autres implantations dans la ville. Très dynamique, Toyoko Inn, fondée en 1986, a multiplié les annonces cette année dont la dernière pour la construction de 100 hôtels au Vietnam. Elle entend porter son parc à moyen terme de 50 000 à 600 000 chambres. Et elle présente aussi une situation financière saine au vu de son rapport d'activité 2013 qui affiche un ratio d'autonomie financière (capitaux propres/Total bilan) de près de 30 % sachant qu'à 20 % les banques le considèrent comme satisfaisant.

Clientèle urbaine
Ses établissements se situent à la frontière entre la catégorie urbaine et économique (40 à 50 $) mais avec un niveau de services et de propreté à la japonaise. Elle vise une clientèle urbaine mais entend aussi drainer des touristes japonais, qui ainsi, lors de leur tournée en France, peuvent avoir accès à la Provence, à moins de 3 heures de Paris, d'où son implantation à proximité de la gare Saint-Charles. Pour François Jalinot, le directeur de l'EPA Euroméditerranée, cette signature "concrétise l'aboutissement d'un projet majeur de l'entrée de ville en participant de la requalification de la Porte d'Aix, entre la gare Saint-Charles et la place Marceau".

Curieusement, le groupe, qui possède pourtant son propre cabinet d'architecture en interne, a choisi Tangram Architectes (réputation dans l'hôtellerie) pour concevoir le bâtiment "qui sera ce que l'on verra immédiatement à la sortie de l'autoroute en entrant dans la ville. La consultation des entreprises pour sa réalisation devrait être lancée début d'année pour une livraison fin 2016 ou début 2017", précise Emmanuel Dujardin, architecte du projet.

Cet hôtel vient compléter l'offre dans le périmètre d'Euroméditerranée, qui totalise quelque 1 000 chambres. Elle représente aussi le 8e investissement nippon dans la région après Mitsubishi Heavy Industries, NTT DoCOMo, Canon, Mitsu OSK Lines, Nippon Yusen Kaisha, Suntory Orangina, Playground Publishing. Sans parler de la coopération en matière de recherche autour du programme ITER. Par ailleurs, Marseille est jumelée à Kobé et Aix-en-Provence à Kumamoto.


A.D


Photo : Pour cet hôtel ** de 231 chambres en R+7, la chaîne hôtelière Toyoko Inn a investi 20 M€.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :