Quelles conditions pour que le port de Marseille redevienne fréquentable ?

 |   |  642  mots
Elle espérait probablement un début d?année plus tranquille. Elle a certainement l?impression de vivre en permanence sous la menace du préavis. La direction du port vient de prononcer ses v?ux pour 2011. Chargés.


Inéluctablement, la répétition sur plusieurs années du manque de fiabilité portuaire finit par coûter : 2010 sera l'année d'une nouvelle rétrogradation pour le port de Marseille, désormais dévissé de son socle de 3ème rang européen pour rejoindre le 5ème derrière Rotterdam, Anvers, Hambourg et Amsterdam. D'autant plus dommageable que ces pertes accumulées sur les années s'accusent dans un contexte pourtant extrêmement favorable aux « villes-ports », explique Patrick Daher, le président du Conseil de surveillance du GPMM. « Le commerce international par voie maritime est en plein essor. Les villes-ports redeviennent des points focaux de toute première dimension ». Paradoxalement, placé dans son contexte national, le GPMM s'en tire pourtant plutôt bien avec une croissance de 3% et ses 85,9 Mt (175 M€ de C.A, en progression de 2%) alors que la moyenne des infrastructures portuaires françaises s'établit à 1,5%. Mais la performance (ou manque de...) est surtout à replacer dans un contexte européen : les ports du "range" Sud affichent une croissance de 5% et ceux du Nord, de 9%. Sur tous les segments de trafics, le même commentaire est le même : il y a le côté pile : "tous les signes d'une reprise de l'activité internationale sont manifestes" et le côté face : "nous n'avons pas tiré tout le bénéfice que l'on aurait pu en raison des mouvements sociaux", explique Jean-Claude Terrier, le directeur du port. Nul doute pour le couple à l'exécutif, la responsabilité n'est plus à établir : "Fin juin, nous étions à +8% de croissance, à +6% en septembre et à +2% en novembre. Les mouvement sociaux nous ont valu l'annulation de 210 escales dont 97 en octobre, représentant un manque à gagner de 1,4Mt, soit une perte de 4,5 M€ de chiffre d'affaires". Au niveau des trafics, la croissance a surtout été portée par les vracs solides (+40%) ainsi que par les marchandises diverses (+21% pour le conventionnel, +9% pour le conteneur et +6% pour les roulants). La performance en matière de conteneurs (pour le coup, c'en est une compte tenu de la conjoncture) ne permet toutefois pas de raccrocher le wagon du million de conteneurs, gagné les précédentes années.
Evidemment, 2011 est porteuse de plein d'espoirs comme d'appréhensions. Jean-Claude Terrier ose gager sur une croissance de 4% avec un tonnage de 90Mt. 2011 sera surtout celle d'une grande réflexion sur l'avenir de l'outil industriel, appelée par tous les acteurs locaux d'ailleurs, que ce soit sous la dénomination de "Yalta du port" (droit d'auteur : Jacques Pfister, le président de la CCI) ou d'"Assises générales du port" (droit d'auteur : Jean-Luc Chauvin, président de l'UPE13). Pour Patrick Daher, "il ne faut pas mélanger les choses : il y a deux réflexions à mener. La première porte sur la ville-port et consiste à réfléchir sur la redynamisation des bassins Est. Nous avons commencé une étude en collectant les réflexions et desideratas des différentes parties prenantes. Nous allons établir un plan de masse à partir de ces contributions, qui sera à amender, critiquer et enrichir et qui nous servira de guidelines pour les 15 ans à venir, avec un phasage dans le temps. Par ailleurs, il y aura une autre réflexion, qui concernera cette fois l'ensemble des bassins du port, sur l'idée d'un pacte social". En jeu : la fiabilité portuaire. Un débat qui se situe au-delà des démêlées actuelles liées à la pénibilité du travail, laquelle relève d'une "conflictualité nationale et non d'une spécificité locale", rappelle Jean-Claude Terrier et "qui se traitera au niveau national avec l'ensemble des partenaires sociaux". Qu'attendre du pacte social ? Un service minimum ? Un "c'est bientôt finit et cela ira mieux demain" jusqu'à la prochaine poussée de fièvre ? Un accord négocié pour être durable ?...

Adeline Descamps


Photo : 2011 : une année déterminante pour l'avenir du port de Marseille ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :