Renaud Muselier : Yes, he comes back ...

 |   |  408  mots
En prenant du recul, il disait avoir gagné la liberté. Le retraité de la vie politique n'a en fait jamais cessé de jouer les snipers, observateur amusé des failles de la vie politique locale. Il fait un retour pour les élections européennes pour lesquelles il sera la tête de liste UMP dans le Grand Sud-Est.

 
Il est quelque part le Nicolas Sarkozy de Marseille (avec lequel il déjeune souvent d'ailleurs). Officiellement retraité de la vie politique depuis le camouflet infligé par Marie-Arlette Carlotti dans la 5e circonscription des Bouches-du-Rhône (qu'il détenait depuis 1993) lors des dernières élections législatives, l'ancien secrétaire d'État aux Affaires étrangères n'a jamais cessé d'observer en jouant les snipers, dénonçant une offre politique faible "compromise par la gouvernance partagée."

Dauphin un temps

Renaud Muselier, inlassablement présenté pendant plus d'une décennie comme le dauphin de Gaudin avant qu'Yves Moraine ne soit adoubé, revient sur le devant de la scène politique par la porte des Européennes. Dominique Vlasto, adjointe au maire de Marseille en charge du tourisme, avait fait valoir sa volonté de se retirer après trois mandats. La commission d'investiture de l'UMP, qui finaliste ses têtes de liste pour pour sept des huit circonscriptions françaises, a choisi celui qui avait repris ses activités de médecine pour conduire la liste UMP dans le Grand Sud-Est aux élections européennes de juin.

Chevalier blanc ensuite
En prenant du recul, il disait avoir gagné la liberté. En prenant du recul, il ne cessait de dire que les "partis ne pensaient qu'à faire réélire les leurs". Il y a encore quelques mois, la presse glosait sur le fait qu'il sortirait du bois pour partir à la conquête de la Ville de Marseille, à laquelle il a "donné" beaucoup et qui l'a aussi beaucoup trahi. Sans parler de son combat de chevalier blanc anti-Guérini depuis le début de l'affaire dès 2009 qui a fini par lui revenir en boomerang avec la procédure de mise en examen du même juge d'instruction (Duchaine) à l'encontre de sa femme, avocate, à propos de ses contrats avec les collectivités locales.


Pour quel projet ?

"L'Europe est un lieu de pouvoir important où se décident aujourd'hui près de 70 % des lois qui régissent notre quotidien", a-t-il déclaré dans les Gagner de mourir colonnes de la Provence. En 2009, l'UMP, alliée avec les centristes, avait décroché 24 sièges au Parlement européen. Cette fois, l'UDI et le MoDem (onze eurodéputés en tout) se sont associés au sein d'Alternative. Pour ces échéances également, on dit le FN fort bien crédité (avec, selon les sondages, entre 20 et 25 % des intentions de vote).

A.D

Photo : Robert Terzian

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :