Rodriguez Group : dirigeant écroué et cotation suspendue

 |   |  263  mots
A la bourse, le titre du fabricant cannois de yacht de luxe a été suspendu après l?arrestation de son dirigeant dans le cadre d?une enquête sur le grand banditisme.


A peine sorti de son plan de sauvegarde, Rodriguez Group replonge dans la tempête.
Le 8 juin, le titre du fabricant cannois de yachts (CA 2009 : 109,6 M€) a été suspendu après l'arrestation le week-end précédent de son dirigeant.
Alexandre Rodriguez a été mis en examen et écroué à la prison varoise de la Farlède dans la nuit du mercredi 9 juin.
La veille, Rodriguez Group avait demandé la suspension de la cotation boursière, « compte tenu des informations parues dans la presse mettant en cause Alexandre Rodriguez et de l'impact défavorable immédiat constaté sur le cours de bourse ».
Selon le quotidien La Provence, Alexandre Rodriguez se verrait reprocher d'avoir mis à disposition plusieurs yachts aux frères Gérald et Michel Campanella, arrêtés la semaine dernière en même temps que Bernard Barresi, autre « parrain » présumé.
En outre, l'enquête menée pour « infraction à la législation sur les jeux, association de malfaiteurs, blanchiment en bande organisée, extorsion de fonds en bande organisée et non-justification de ressources » pourrait avoir des répercussion sur les milieux politiques et sportifs.
Selon un article paru le 10 juin sur le site internet Backchich info, la femme de Bernard Barresi, Carole-Evelyne Serrano, dirigeante de l'entreprise de sécurité Alba Sécurité (143 salariés, 4M € de CA) et mise en examen, mettait à disposition des stadiers à l'OM.
L'entreprise assurait en outre, conformément à un appel d'offres remporté en 2008, le gardiennage, dans et hors la circonscription de Marseille, des sites déconcentrés du Conseil général des Bouches-du-Rhône.


Armelle Muraour


Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :