SYNTHES'3D fait entrer le tridimensionnel dans les secteurs technologiques

 |   |  578  mots
Pour financer sa R&D et garder sa longueur d'avance, la société aixoise a procédé à plusieurs levées de fonds. De prestataire de services en images de synthèse 3D, elle devient progressivement éditrice de solutions innovantes. Un modèle qui devrait améliorer sa rentabilité.

Pour financer sa R&D et garder sa longueur d'avance, la société aixoise a procédé à plusieurs levées de fonds. De prestataire de services en images de synthèse 3D, elle devient progressivement éditrice de solutions innovantes. Un modèle qui devrait améliorer sa rentabilité. 

Il a ce fameux double profil technico-commercial (ingénieur Arts et Métiers et un Master IAE Aix-en-Provence) tant recherché par les grands comptes industriels qui lui aurait assuré des débouchés sans conditions. Mais réalisant très tôt qu'il y a des places à prendre sur le marché de l'image 3D dans les domaines scientifiques et industriels, il lance sa société début 2005 alors qu'il est encore en troisième année à l'École nationale supérieure d'Arts et Métiers. Il la gérera tout en parachevant sa formation initiale.

15 % réalisés aux États-Unis

Aujourd'hui, SYNTHES'3D, jeune société innovante aixoise (CA de 865 K€, 20 personnes) spécialisée dans le marketing, les images de synthèse 3D et les applications pour tablettes/Smartphones, a opéré deux levées de fond, a réalisé une croissance externe en mai 2013 en absorbant une société d'Angers (L'Imagerie 3D), s'est structurée en quatre marques sectorielles, possède deux établissements en France (Aix-en-Provence et Angers), assure un quart de son chiffre d'affaires à l'International (10 % en Europe et 15 % aux USA) et enfin, a ouvert un premier bureau de représentation commerciale en Floride à côté d'Orlando. "La 3D permet de matérialiser un produit, un service ou un prototype d'usine avant qu'il n'existe. Elle était essentiellement exploitée par les agences de communication ou des infographistes mais pas pour répondre à des problématiques technologiques. Mon profil d'ingénieur généraliste m'a permis de répondre à des problématiques et à des typologies de clientèles comme les secteurs médical, industriel ou encore l'architecture, qui n'étaient pas couvertes par le marché. Désormais, dans ces domaines, on figure parmi les leaders. Nous sommes par exemple le studio digital ayant la plus grosse activité médicale avec 9 % du marché mondial. Notre ambition est d'être comme un mini Dassault System de la 3D", explique Vivien Poujade, lauréat à titre personnel de concours nationaux dont le MultiArts Trophées Campus de Bissy en 2004 avec un court-métrage entièrement réalisé en image de synthèse.

250 K€ levés

Pour financer sa R&D et son développement, la société aixoise a levé 250 K€ auprès de business angels en juin 2013 (après une première levée de fonds il y a deux ans). Elle a notamment servi à développer une suite de trois applis innovantes (tablette/smartphone) de gestion d'un espace documentaire multimédia destinées aux forces de vente. "Ce service est commercialisé sous forme d'abonnements de 0 à 19 € par mois", indique le président de SYNTHES'3D, qui mise sur un CA de 1,2 M€ en 2014. Les prestations de services ne dégageant pas des marges importantes, la société glisse progressivement vers un modèle d'éditeur de solutions innovations à forte valeur ajoutée. Pour assurer ce virage et accélérer la commercialisation de ses nouveaux produits, le jeune dirigeant, qui possède encore 65 % du capital, prévoit une 3e levée de fonds cette année de l'ordre de 250 K€.

A.D

Photo : Vivien Poujade a créé sa société alors qu'il était encore en 3e année d'école d'ingénieurs.


Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :