Secem, un colloque spécial sécurité économique

 |   |  494  mots
Sensibiliser les entrepreneurs et les managers à la sécurité économique : c?est la raison d?être du Secem, colloque spécifiquement tourné vers la Méditerranée et qui se tient le 18 juin.

Nul n'est sensé ignorer le caractère stratégique de ce territoire, connaissant, sur sa rive Sud, des taux de croissance bien supérieurs à ceux de la France : "le Maroc culmine à 3%, la Tunisie à 2,5 et l'Algérie à 4", évoque Dominique Ciravegna, vice-président de l'ACBM, l'association organisatrice du colloque Sécurité économique et compétitivité des entreprises en Méditerranée. "En 2050, l'Afrique sera le continent leader. Il y aura des axes stratégiques à y développer... et on peut y faire du business, en le sécurisant".
Des propos validés par le secrétaire d'Etat tunisien Mohamed Néjib Karafi, dont l'intervention, le 18 juin, ne sera pas fortuite : "la compétitivité, pour nous, est intimement liée à l'Europe : 1 300 entreprises françaises sont implantées sur notre territoire. Et 90% de nos exportations vont vers l'Europe ! Il est donc évident que dans ce cadre, les entreprises doivent anticiper les dangers plutôt que de les subir". En dépit des "progrès énormes déjà accomplis dans notre pays, par exemple, la mise en place d'une instance renforcée d'assurance des exportations, nous sommes désireux de profiter de l'expérience des pays européens en matière de sécurité économique".

Cibler les solutions

Le colloque, a, par essence, l'ambition de parler aux entreprises. Il le fera par le biais de deux tables rondes*. Cambriolages, braquages, cybercriminalité, terrorisme et autres fraudes : la malveillance n'arrive pas qu'à autrui, et atteint de plus en plus souvent le monde de l'entreprise, qui plus est dans une société mondialisée. Avec des conséquences parfois dramatiques : "un simple cambriolage peut signifier la fermeture d'une boutique", relève Pascal Massa, commandant de gendarmerie. Car loin d'en rester au simple constat des menaces pesant sur l'entreprise, le Secem a surtout pour ambition de livrer les clés visant à se doter d'une stratégie de sécurité économique à toute épreuve.

Les entrepreneurs témoignent

C'est aussi en ce sens que témoigneront des entreprises exemplaires, à l'instar de Blachère Illumination, "venue à l'intelligence économique pour obtenir une certification, la procédure de dédouanement à domicile, et le statut d'opérateur économique agréé", explique Fabien Jacques, directeur du service achat et import. Des cahiers des charges exigeants qui ont permis à l'entreprise de se doter d'une stratégie performante. François Ranise, créateur de la société Profil, spécialisée dans les travaux sur cordes, expliquera quant à lui comment il a dû s'intéresser à cet aspect des choses en œuvrant dans le nucléaire. "Outre les questions liées à la radioactivité, nous devons aussi sécuriser les données de nos clients". Une préoccupation essentielle : "le risque est tout d'abord économique, car ces derniers peuvent se retourner contre nous. Par ailleurs, ces données peuvent aussi être réutilisées à fin de nuisances". Des exemples forts qui parleront assurément aux quelque 350 entreprises présentes le jour J.

Carole PAYRAU
Crédit photo : SECEM
(*) Les détails du programme sur www.secem.fr


Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :